• Accueil
    Voici la pièce officielle n° 21 présentée par Monsieur GOBIN dans le procès en appel intenté à mon encontre - et qu'il a perdu. Ce qui a entraîné l'interdiction du "Secret des Mulliez".
     Dans cette pièce, Monsieur GOBIN se voit retourner un mail par l'avocat personnel de Monsieur Gérard MULLIEZ, après que Monsieur GOBIN ait lui-même envoyé un mail à Gérard MULLIEZ !

    Cette pièce est édifiante : vous pouvez consulter la date, le 22 août 2007. A cette époque, Monsieur GOBIN n'hésite manifestement pas à proposer à la famille Mulliez de "donner" le nom du "co-auteur" du "Secret des Mulliez", qu'ils connaissaient déjà !
    Et qui plus est, Monsieur GOBIN a utilisé ce mail pour se "vanter de ses relations avec la famille Mulliez", à mon encontre lors du procès en appel.

    Et Monsieur GOBIN veut donner des leçons de déontologie ! Et se faire le chantre des salariés !!! En toute objectivité bien évidemment. On comprend mieux pourquoi son blog ouvre ses portes aux "membres de l'Association Familiale Mulliez".

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Dans son dernier classement sur les "Fortunes 2009", le magazine "Challenges" indique 15 milliards d'euros pour la fortune de Gérard Mulliez (en fait l'AFM).
    Le groupe Mulliez aurait donc perdu près de 29% de sa valeur par rapport au classement 2008 (21 milliards d'euros).

    Il est permis de se demander comment les journalistes de "Challenges" font leurs calculs ! A partir des valeurs des principales SCA (voir l'article précédent), l'évolution de la partie strictement AFM du groupe Mulliez (n'oublions pas les actionnaires familiaux qui ont personnellement des parts non négligeables du groupe, comme Gérard Mulliez dans Auchan etc) passe entre 2008 et 2009 (estimations des "experts", comme on dit dans le groupe) de 18 906 millions d'euros à 18 362 millions d'euros, soit une petite baisse de 2,9%. Le magazine "Challenges" ne doit pas connaître les décimales, en confondant 2,9% et 29% !

    Bien évidemment, la valeur du groupe Mulliez est bien supérieure. Notre prochaine publication fera le point, et en détail, société par société.

    Côté comparaison, la seconde fortune de France, celle du groupe Arnault, est tout aussi fantaisiste dans l'estimation "Challenges". La fortune de Monsieur Bernard Arnault serait passée entre les évaluations 2008 et 2009 de 18 307 millions d'euros à 14 583 millions d'euros, soit - 20,3%. Le magazine Challenges oublie nos remarques publiées par le magazine "Capital", et notre ouvrage "La richesse des Mulliez" (pages 170 et suivantes), où nous indiquions que Monsieur Bernard Arnault non seulement ne possédait pas la totalité du capital de Groupe Arnault SAS (une partie reste possédée par le Crédit Agricole et une autre par le Baron Frère en Belgique), mais en outre qu'il était lourdement endetté (suite notamment à l'achat totalement à crédit d'une participation dans Carrefour, en compagnie du groupe Colony).

    Ici encore, la valorisation par le magazine "Challenges" est fausse. L'évaluation ne considère que les actifs, et oublie les dettes. C'est comme si un particulier achetait une maison 400 000 € à crédit (en empruntant 300 000 €), et que l'estimation de sa fortune serait affichée à 400 000 €, alors qu'elle est en réalité de 100 000 € !! La belle affaire ... pour les banquiers.

    Derrière les estimations de "Challenges", qu'y a t-il ?

    A bientôt

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Monsieur Gérard MULLIEZ va bientôt participer au "World Forum" de Lille 2009, qui a pour thème "L'argent responsable", et pour phrase choc "To think is good, to act is better". Chiche !!!

    Car Monsieur Gérard MULLIEZ va intervenir le jeudi 19 novembre de 11h à 13h30 sur le thème "Comment promouvoir le bon usage de l'argent au service du progrès économique et social". Vaste programme ! Ce même jeudi, le thème de 16h45 à 18h15 indique "Comment résorber les "trous noirs" de la finance mondiale : corruption, paradis fiscaux, opérations opaques". Monsieur Gérard Mulliez aurait été bien inspiré de s'inscrire à ce thème, tout comme celui du vendredi "L'argent sans fard : l'information est-elle crédible" ?

    Dans ces domaines, Monsieur Gérard MULLIEZ et l'Association Familiale Mulliez sont des experts. Qu'on en juge : alors que la publication des informations annuelles financières des sociétés est obligatoire, aucun compte n'a été publié :
    - par Monsieur Gérard MULLIEZ pour sa société personnelle AUSSPAR depuis 2004, société qui a pour Registre de Commerce (RC) 340 594 852 ;
    - les 5 Sociétés en commandite par action qui coiffent les titres de l'AFM n'ont publié aucun compte depuis leur création, en 1999 : il s'agit d'Acanthe RC 418 138 095, de Cimofat : RC 339 785 065 ; Cimoflu : RC 418 137 717 ; Valma : RC 351 813 233 ; et de Valorest : RC 418 132 924.
    - la société Sodival RC 415 176 684 (magasins Cultura) : aucun compte depuis sa création en 2000
    - Samauchan : société qui contrôle une partie du groupe Auchan : aucun compte depuis 2005
    etc.

    DONC MESSIEURS : PAS DE "PAROLES" - DES ACTES : PUBLIEZ LES COMPTES !

    Nous indiquerons bientôt la liste complète des sociétés du groupe Mulliez qui ne publient que des comptes partiels ou tronqués, avec en bonne place Norauto, ou les sociétés du frère de Gérard Mulliez, côté Kiabi et diversification, ou encore Pickwick, Jules, Diramode, Promotion du Prêt à Porter (Pimkie) etc.

    Quant aux paradis fiscaux, il suffit de se reporter aux multiples sociétés belges ou néerlandaises de la famille, qui échappent ainsi à l'Impôt Sur la Fortune. D'ailleurs, bouclier fiscal ou pas, plusieurs membres de l'AFM ont migré vers la Belgique ou le Luxembourg depuis 2008, avec plusieurs milliards d'euros à la clé.

    Les meilleurs paradis fiscaux sont très proches de chez nous : le Benelux en est une parfaite illustration. Vive la liste grise des pays concernés. Ils ne changent rien à leurs pratiques, et la famille Mulliez en bénéficie.

    Autre information à laquelle Monsieur Gérard MULLIEZ se fera un immense plaisir de répondre lors de sa conférence : pourquoi avoir mis une autre filiale gérant sa fortune personnelle aux Pays-Bas : la société Burgodam BV ?

    Enfin, il pourra répondre à une question sur le partage de la valeur entre dirigeants et salariés ; pourquoi Auchan - dans ses rapports annuels, notamment lorsqu'il en avait la direction - indiquait de manière lapidaire que "la rémunération des dirigeants n'est pas indiquée, parce qu'elle reviendrait à donner des informations personnelles"? Alors qu'il y avait plus de 2 personnes à l'effectif ? Avait-il des appréhension pour les écarts de rémunérations ?

    Vivement le 19 novembre 2009. Nous saurons tout. Transparence oblige.

    Benoît BOUSSEMART


    votre commentaire
  • "La richesse des Mulliez" va bientôt fêter son premier anniversaire.


    Les nombreux lecteurs ont pu apprécier la différence entre une publication people, et un ouvrage présentant la réalité des pratiques et de la richesse du groupe Mulliez.

    Il n'est que temps de vérifier la différence entre un blog qui se prétend "journalistique" et la réalité des informations concernant ce groupe.

    J'ai donc décidé de publier un certain nombre de faits complémentaires, sur diverses assertions assénées comme autant de vérités à un public non averti. Cette publication sera finalisée d'ici la fin de l'année, et sera un complément utile au premier ouvrage.

    En attendant, ce blog va rétablir quelques vérités élémentaires (car vérifiées et officielles, et surtout repositionnées dans leur contexte), qui ne sont pas des reprises d'articles de presse ou "d'informations sélectionnées" présentées par le groupe Mulliez comme des "scoops".

    Nous allons donc jouer dans un premier temps au jeu de "trouver les erreurs dans un blog journalistique".

    En soulignant que nous n'avons toujours pas un seul contact au sein de la famille Mulliez (y compris par blog interposé). Notre seul contact a été le procès intenté par Gérard Mulliez à notre encontre (tiens, le "journaliste indépendant" n'a pas eu de procès, malgré tout le "buzz" organisé autour de la publication de l'ouvrage people, et pourquoi ?) ; et Gérard Mulliez a perdu ce procès.

    Aucune poursuite d'ailleurs depuis la publication de notre ouvrage ; alors que la famille Mulliez - comme ce même journaliste qui se présente "indépendant" - invoquaient des raisons prétendues "déontologiques" pour vouloir censurer notre travail.

    A bientôt
    Benoît BOUSSEMART


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires