• A méditer.

    B. Boussemart 

     


    4 commentaires
  • Le lien ci-dessous pour vous inviter à prendre connaissance d'un jugement contre le groupe Auchan pour "rémunération en dessous du SMIC".

    Quand on vous disait que le groupe payait avec des queues de cerises !!! 

    http://humanite.fr/print/24_10_2010-quand-auchan-doit-passer-à-la-caisse-456359

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • "LVMH a contourné les règles de transparence de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) en prenant une participation de 17,1% dans son concurrent Hermès, a déclaré lundi (le 25 octobre 2010) à Reuters la présidente de l'Association Des Actionnaires Minoritaires (Adam)".

    Bigre. Cela chauffe dans le capitalisme spéculatif. Les pauvres petits actionnaires minoritaires crient à nouveau au scandale !!! Ils avaient été pourtant prévenus par notre article dès la veille. Et surtout par tous les articles publiés depuis de nombreux mois par nos soins sur le fait que les banquiers ("plusieurs techniques boursières peuvent cependant permettre à un investisseur de prendre des options d'achat ou de faire porter des participations par des intermédiaires pour ne pas avoir à déclarer de franchissement de seuil à l'AMF") sont de parfaits "complices" de telles opérations (ils sont même de véritables "créatifs" permettant de telles opérations), et de longue date pour ce qui concerne Bernard Arnault (voir le cas Vuitton décrit par Airy Routier dans "L'ange exterminateur - chez Albin Michel). Quels sont les "idiots" qui ont relancé la bourse depuis la crise ? Sinon les banquiers, complices des grandes fortunes, qui ont seuls les moyens de faire évoluer les cours avec de telles amplitudes .

    Re sic !!! Comme si M. Bernard Arnault n'avait pas cette habitude de faire porte le chapeau par d'autres (voir notre article précédent avec les manipulations entre son ami le Baron Frère et lui-même sur les titres de son holding personnel ; ou sur les "ventes" de ces mêmes titres personnels à plusieurs de ses filiales "Goujon" ... pour ses amis banquiers ?).

    Nous prenons bien volontiers le pari (car "le réglement interne d'Hermès demande aux investisseurs de tenir informé le groupe à chaque franchissement de seuil de 0,5% de son capital" - voir le communiqué Reuters du 25/10/2010) que l'AMF ne reprochera rien à cette opération. Comme d'habitude.

    Entre gens de bonne compagnie ... N'est-ce pas ?

    Les petits actionnaires n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes ... Qui propose à ces petits actionnaires de "bonnes affaires" pour leurs placements ? Et les petits actionnaires croient encore à leurs pouvoirs, que des personnages comme Bernard Arnault foulent aux pieds depuis des décennies ? Voir notre prochain ouvrage sur "Les grandes fortunes, les banquiers et les politiciens".

    En tout état de cause, je suis curieux d'avance d'avoir les calculs de l'AMF pour justifier le cours moyen d'achat à 80,5 euros ... Les justifications de l'AMF risquent d'être grandioses, voire comiques !!!

    B. Boussemart

     


    1 commentaire
  • Nous avons dans notre prochain ouvrage "Les grandes fortunes, les banquiers et les politiciens" formulé l'avertissement suivant.

    Avertissement. Comme pour la famille Mulliez, les grandes fortunes publient leurs données le plus tard possible, et dans de nombreux cas, pas du tout, malgré les obligations légales. Elles s’assoient dessus, et ont le moyen de payer des amendes ridicules. Ceci, malgré les déclarations tonitruantes de notre Président qui veut terrasser spéculateurs, mauvaises pratiques économiques, etc. Des mots, rien que des mots. Les actes : l’autisme présidentiel lors de la pseudo-réforme des retraites, le passage en force au Parlement, ses amis de plus en plus riches, et les français de plus en plus pauvres, une justice en loques (voir l’affaire Woerth/Bettencourt 2010, ou l’affaire Opinion Way/Le Figaro 2009 …), un chômage qui augmente, sauf dans les déclarations officielles, … Bref, des mensonges à répétition.

    Nous renvoyons à notre site « richessem.eklablog.com »  pour les données qui ne sont pas publiées dans cet ouvrage ; site qui actualisera au fur et à mesure toutes les informations sur les grandes fortunes (y compris la première d’entre elles).

    Cet avertissement vient de prendre une tournure "très particulière". Qu'on en juge. Monsieur Bernard Arnault, qui n'a toujours pas jugé utile de publier les comptes 2009 de son holding personnel "Groupe Arnault SAS", pas plus que les comptes 2008 et 2009 d'Europatweb (qui contrôle l'opération Carrefour où il a perdu quelques centaines de millions d'euros), pas plus que les comptes des sociétés belges Cervinia et Courtinvest, pas plus que les comptes 2008 et 2009 des sociétés luxembourgeoises Blue Partners Sarl et Blue Capital Sarl, vient de faire annoncer par la société LVMH qu'elle venait d'acquérir 14,2% du capital d'Hermès International, et à terme 17,1% de ce capital.

    Or ces comptes non publiés devraient permettre de montrer si M. Bernard Arnault dispose encore des moyens de sa stratégie financière. Ce dont nous doutons. En 2008, M. Bernard Arnault a même vendu les titres de son holding à des sociétés qu'il contrôle (vive les sociétés "Goujon") ... Moyen très particulier de se procurer éventuellement de l'argent auprès de ses amis banquiers. Sans aucune transparence : voir les manipulations en 2009 sur la société Delcia au Luxembourg avec son grand ami, le baron Frère. Tous deux amis de notre Président.

    Quant à Hermès, les montants annoncés dans le communiqué de presse de LVMH laissent pantois. LVMH détiendrait 18 017 246 actions Hermès à terme pour 1,45 milliards d'euros. Ce qui donne un prix moyen du titre Hermès à 80,5 €uros environ. Or, le rapport visé par l'Autorité des Marchés Financiers sur l'exercice 2009 n'annonçait aucun franchissement de seuil, ni chez LVMH, ni chez Hermès. Le rapport Hermès indiquait en page 77 : "A la connaissance de la société, il n'existe pas d'actionnaires autres que ceux figurant dans les tableaux de la page suivante, détenant, directement ou indirectement, 5% ou plus du capital ou des droits de vote (il s'agissait uniquement de membre de la famille fondatrice). ... A la connaissance de la société, il n'y a pas eu de variation significative dans la répartition du capital entre le 31 décembre 2009 et la date de dépôt (12 avril 2010) du présent document de référence à l'AMF".

    Or, le 21 mai 2010, Jerôme Guerrand, un des dirigeants d'Hermès, indiquait avoir vendu 21 750 titres Hermès au cours unitaire de 102,66 €uros. Et depuis plus d'un an, le cours d'Hermès International n'est pas inférieur à 90 €uros ; depuis début août 2010, le titre a toujours été supérieur à 130 euros, pour atteindre actuellement 176 euros. Compte tenu de ces valeurs, de deux choses l'une :

    - où LVMH ment à l'AMF sur les dates de déclaration de seuil ;

    - ou LVMH ment sur la valeur d'achat des titres Hermès.

    Dans les deux cas, LVMH ment.

    C'est d'autant plus grave pour les actionnaires de LVMH qu'ils vont payer la facture d'Hermès, pour le plus grand profit de M. Bernard Arnault. Comme son opération personnelle (via son holding Groupe Arnault SAS) sur Carrefour a échoué, il essaie de se refaire une santé financière indirectement en utilisant LVMH pour racheter les titres Hermès. C'est un grand classique que nous décrivons dans notre ouvrage sur "Les grandes fortunes, les banquiers et les politiciens" : faire payer par les holdings contrôlés minoritairement des acquisitions que l'on ne peut pas faire avec son propre argent. Bonne chance à tous les "majoritaires" de LVMH et aux "actionnaires de Dior hors Arnault" !!!

    Si j'étais la famille Hermès, je ne verserai plus que de très faibles dividendes chaque année. On verrait bien alors si LVMH a une vision à moyen-long terme. Ou si sa position tient à celle de M. Bernard Arnault, lorsqu'il avait repris - la main sur le coeur pour le développer et le préserver dans son intégrité - le groupe Agache-Willot Boussac Saint Frère, avant de liquider à court terme tout ce qui ne l'intéressait pas (voir les ventes de BSF à son grand ami polytechnicien Derveloy), ou ce qui lui permettait de payer le prix de rachat (voir la vente de Peaudouce à l'époque ; ou de Conforama, via son introduction en bourse).

    B. Boussemart


    3 commentaires
  • Bonsoir à tous

    Je vous renvoie à "l'article reçu ce jour", qui se situe entre l'article 41 et 42. Les 18 commentaires me semblent particulièrement intéressants, et il serait dommage de ne pas en prendre connaissance.

    Bonne lecture de "l'article reçu" et de tous les commentaires.

    B. Boussemart


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires