• Bonjour

    Nous allons faire le travail que Gobin délateur aurait dû faire ; à savoir de l'investigation dont il se targue. Dans les annexes, que d'erreurs à nouveau. Qui s'accumulent ensuite chapitre après chapitre. Avant d'entrer dans le "dur" des chapitres, quelques remarques donc sur ces annexes.

    Sur Décathlon : Gobin délateur donne une résultat brut d'exploitation pour l'exercice 2013 de 680 M€. En fait, il s'agit de 608 M€. Il n'est même pas capable d'assurer la correction de ses textes !!! Probable qu'il a l'habitude d'exploiter des "petites mains" qui font le travail à sa place. Raté. Toujours sur Décathlon : il confond - d'ailleurs depuis longtemps - la société Geophyle (avec un "y") qui est une toute petite filiale, avec la société Geophile (avec un "i") qui détient la société Genairgy. Nous renvoyons ici à notre article 135 du 9 mars 2014. Nous ne lui donnerons aucun chiffre sur 2013 (notre article prenait en compte 2012) ; indiquons simplement que pour la partie Afir du schéma, Genairgy a fusionné depuis notre publication avec ses principales filiales. Pratiquement toutes les filiales indirectes sont devenues des filiales directes.

    Gobin délateur ne connaît manifestement pas le groupe Acadie ; qui n'a rien à voir avec le groupe Kiabi. Ce sont deux structures totalement différentes. La première est en Belgique ; la seconde en France. S'agissant de "Top Office" (liée à Acadie), cette société ne rééquilibre absolument pas ses comptes. C'est une blague, ou Gobin fait-il la pub de Maurice dans ses œuvres ? En fait, Top Office a supporté une perte de 3,976 M€ en 2012, et une perte de 3,507 M€ en 2013. Où est l'équilibre ? Enfin, Bunsha n'est absolument pas le holding personnel de Patrick Mulliez !!! Que d'erreurs, que d'erreurs ... pour paraphraser Mac Mahon devant les inondations de la Garonne !

    Les effectifs (consolidés) du groupe HTM (Boulanger ...) sont proches de 9 500 personnes. Rien à voir avec les 7 500 annoncés par Gobin délateur en page 286. Il est permis de se demander ce que serait ce bouquin s'il n'était pas annoncé comme résultant d'investigations poussées d'un "journaliste". Mort de rire !

    Page 287. Je vais quand même faire un petit effort pour les lecteurs de Gobin délateur. Le groupe Agapes, au niveau des informations consolidées, dégage 760 M€ de chiffre d'affaires, 7,4 M€ de résultat net, et a un effectif de 11 700 personnes.

    Page 288. Gobin délateur parle de mode féminine. Il raconte n'importe quoi. L'effectif moyen des sociétés qui forment actuellement le groupe Oosterdam n'a jamais atteint 12 700 personnes en 2009. Ce chiffre est totalement fantaisiste. En 2008, l'effectif Oosterdam consolidé était de 9 121 personnes, rectifié ensuite (en normes IFRS) à 7 296 personnes. En 2009, l'effectif Oosterdam (donc Pimkie, Orsay, Xanaka) était en norme IFRS de 7 163 personnes. Même en y ajoutant l'effectif de Phildar (555 personnes), de Rougegorge Lingerie (227 personnes) et même de Grain de Malice (dérivé de Xanaka, soit 764 personnes), impossible de trouver 12 700 personnes. Fin 2013, l'effectif d'Oosterdam (qui regroupe toutes les sociétés Pimkie, Orsay, Grain de Malice, Phildar-Ephigea, Rougegorge lingerie) est de 8 329 personnes.

    N'insistons pas - comme pour tout le reste du torchon "La face cachée de l'empire Mulliez" - les erreurs et les divagations de Gobin délateur trahissent un pseudo travail d'investigation. Il faut dire que Gobin délateur sait utiliser des "laudateurs" sur son blog, anonymes bien évidemment. C'est un grand classique du "buzzzzzzz". Au moins, là, Gobin délateur sait faire. Dommage pour les lecteurs qui cherchent de l'information sur le groupe Mulliez. Ils en sont pour leurs frais, sur tout le bouquin. A suivre avec le chapitre 1.

    B. Boussemart

     


    2 commentaires
  • Télécharger « OFCE-Boussemart&Roncin.pdf »

    Bonjour

    Quelle honte ! Non pas le cadeau de bienvenue de 4 M€ à Brandicourt, le nouveau PDG de Sanofi. Après tout, les transferts de footeux (et d'autres "salariés" très privilégiés) coûtent souvent bien plus cher, et personne n'y trouve à redire.

    Quelle honte pour Valls et Le Foll, qui détournent l'attention une nouvelle fois du bon peuple de gauche sur une question très subsidiaire, alors qu'ils viennent de faire passer une loi Macron en force, et qu'ils s'apprêtent à faire de même avec la nouvelle loi sur le "dialogue" social, à la sauce libérale. En d'autres termes, ils mélangent sans scrupule le rapport capitaliste, le vrai, celui qui oppose le patronat aux salariés, qu'ils renforcent loi après loi en faveur du patronat, avec la question individuelle du niveau de salaire (qui n'a rien à voir avec le rapport capitaliste collectif d'une classe contre une autre).

    Ces socialistes sont des manipulateurs, qui tentent de faire oublier leurs propres turpitudes et les belles promesses non tenues de Hollande ! Et ils n'hésitent pas à jeter en pâture un individu à l'opinion publique, alors qu'ils permettent aux patrons (les vrais) de se gaver en exploitant l'ensemble des salariés, en mettant à bas les avantages acquis depuis des décennies au nom d'une UE libérale qu'ils mettent en place. En ce qui me concerne, les socialistes, c'est fini. Mais ces deux là (le Valls et le Le Foll), ce sont des crapules (voir le dico pour la définition).

    B. Boussemart

    PS - voir le texte de l'article cité en commentaire ci-dessus en pièce attachée


    7 commentaires
  • Commençons par le début : le magnifique "poster" de la galaxie Mulliez.

    Il ne fallait pas moins d'une "galaxie" pour les erreurs contenues dans ce poster. Nous allons nous limiter ici à l'évaluation des chiffres d'affaires du groupe Mulliez. Gobin délateur indique 80 Mds d'euros, chiffre qu'il reprend plusieurs fois dans l'ouvrage. Comme à son habitude (voir divers articles de ce blog) Gobin délateur mélange les "choux" et les "carottes". Il faut dire qu'en matière d'investigation économique et financière, Gobin délateur n'est pas très à l'aise : il mélange des chiffres d'affaires et des produits d'exploitation, il mélange des chiffres d'affaires taxes comprises et des chiffres d'affaires hors taxe, il mélange des chiffres d'affaires sociaux et des chiffres d'affaires consolidés ... Et surtout, il ne précise pas dans le tableau détaillant les chiffres d'affaires de la "galaxie" Mulliez de quoi il parle. Il faut dire qu'une galaxie, pour un journaliste d'investigation du talent de Gobin délateur, c'est loin.

    Le tableau ci-après résumé l'état du problème.

    Chiffre d'affaires 2013

     

    Gobin

      

    Officiel

      

    Nature de l'écart

     

    Groupe Auchan

     

    48 100

     

    47 885

     

    Gobin met en plus du Chiffre d'Affaires les "produits annexes"

     

    Groupe Adeo (Leroy-Merlin)

     

    16 300

     

    13 900

     

    Gobin utilise le chiffre d'affaires TTC !!! Notre évaluation pour 2013 (comptes non publiés) Rectification : 13 545 M€ (comptes publiés avril 2015)

     

    Groupe Décathlon

     

    7 400

     

    7 395

     
     

    HTM Group (et non pas HTM Invest)

     

    2 500

     

    2 564

     

    C'est quoi HTM Invest ?

     

    Kiabi

     

    1 420

     

    1 421

     

    Déclarations du groupe - pas de comptes consolidés publiés

     

    Agapes

     

    954

     

    760

     

    Ou Gobin est-il allé chercher une pareille somme ?

     

    Oosterdam (Pimkie, Orsay ...)

     

    1 200

     

    1 107

     

    Gobin ne connaît pas ce groupe !!!

     

    Happychic (Jules, Brice ...)

     

    518

     

    500

     

    Estimation à partir des données Happychic, Jules, Brice ... 2012 publiées ; 470 M€ comptes 2013 publiés

     

    Tapis Saint Maclou

     

    285

     

    325

     

    Gobin doit "oublier" les chiffres d'affaires des "Home Market" !!!

     

    Mobivia Groupe (Norauto)

     

    1 600

     

    1 650

     

    Plaquette de pub 2013-14, qui inclut les franchisés ; ce n'est donc pas du consolidé

     

    Sodival (Cultura)

     

    300

     

    400

     

    Aucun compte publié par cette société (estimation du groupe Les Echos du 14/05/2014)

     

    Kiloutou

     

    472

     

    82

     

    Le holding de Francis Mulliez ne possède que 17,33% du capital

     

    Luderix International (Picwic)

     

    120

     

    109

     

    Aucun compte publié. Chiffre d'affaires estimé à partir des publications de la société

     

    Acadie (Top Office, Tape à l'oeil)

       

    243

     

    Comptes consolidés officiels

     

    Groupe Sonepar

       

    2 445

     

    15% des données publiées par le groupe Sonepar (pas de comptes consolidés)

     

    Creadev

       

    253

     

    En appliquant les % des principales sociétés détenues par Creadev (comptes officiels)

     

    Trois Suisses International

       

    204

     

    Encore détenu à 44,96% fin 2013 par Fipar

     

    Groupe Maco Pharma

       

    208

     

    Notre estimation (application des coefficients de ventes)

     

    Total

     

    81 169

      

    81 450

      

    Un faible écart en comptabilité traduit souvent de très fortes divergences

    Comme nous l'indiquons dans notre conclusion, un faible écart traduit souvent de multiples erreurs. C'est le cas ici.

    Pour le groupe Auchan, il mélange le chiffre d'affaires consolidé avec l'ensemble des produits (chiffre d'affaires + autres produits).

    Pour le groupe Adeo, il prend le chiffre d'affaires Taxes comprises. Aberration comptable pour qui veut calculer la valeur du chiffre d'affaires d'un groupe.

    Avec le groupe Norauto, l'absence d'informations officielles sur la consolidation oblige à prendre le chiffre d'affaires hors taxes proposé par le groupe ; mais il faut préciser que ce chiffre d'affaires comprend les ventes des franchisés, qui ne sont pas du chiffre d'affaires consolidé !!!

    Gobin délateur ne connaît pas le groupe Oosterdam, qui publie des comptes consolidés tout à fait officiellement. Mais notre champion de l'investigation journaliste devait avoir ce jour là une absence.

    Même chose pour Creadev. Nous y reviendrons lorsque nous parlerons de ses scoops !!!

    Pour Kiloutou, la famille Mulliez n'est pas présente au-delà de la participation de "Frankie" Mulliez. C'est donc une erreur de reprendre la totalité du chiffre d'affaires consolidé.

    Gobin délateur ne connaît pas le groupe de consolidation des sociétés Tape à l'œil et Top Office !!!

    Il en va de même pour le groupe Agapes (problème de la consolidation avec des sociétés franchisées).

    Le groupe 3SI (Argosyn) est encore et toujours détenu par Fipar, en liaison avec le groupe allemand Otto.

    Le groupe Sodival (Cultura) ne publie aucun chiffre d'affaires ; ici Gobin délateur a limité ses investigations à l'année 2012 : un grand coup de fatigue, probablement.

    Bref ... que d'erreurs, que d'erreurs, pour un simple tableau censé représenter les intérêts de la famille Mulliez dans son ensemble galactique !!! Même son propre total n'est pas juste : il annonce 80 Mds€ alors que son total fait 81,169 Mds €.

    C'est réellement  se moquer des lecteurs.

    Surtout, n'affichez pas ce poster, sauf si vous voulez être ridicule. Mais pas autant que Gobin délateur, le journaliste champion de l'investigation économique et financière.

    B. Boussemart  

     

     


    1 commentaire
  • Bonjour

    Après avoir lu "La face cachée de l'empire Mulliez", je me permets de renvoyer tous les lecteurs de mon blog aux articles 4, 5, 52c, 52d, 88 et 90 b qui vont de novembre 2009 à avril 2012.

    L'article 5 - et de nombreux autres articles de mon blog - sont prémonitoires par rapport à la nature du livre que Gobin vient de publier. Nous allons revenir dans les prochains jours en détail sur les âneries, faux scoops, inexactitudes ... que ce livre contient.

    Les articles 4, 52c, 52d, 88 et 90b - preuves en justice à l'appui, indiquent un autre point fondamental : la nature de Gobin. Vous savez, celui qui a dénoncé l'attribution de la légion d'honneur à Edouard Leclerc, en publiant - au moment où sa maison d'édition sortait un ouvrage sur le "Leclerc, enquête sur un système" - des "révélations" sur Edouard Leclerc et son passé au moment de l'occupation. Attaqué par la famille Leclerc, Gobin a fait intervenir un comité de soutien (avec notamment Stéphane Hessel, Pierre Péan, Michel Onfray ...) - qui défendait bien évidemment la liberté de la presse ; ce qui se comprend. Sauf que ce comité a totalement été abusé par Gobin, qui effectivement en connaît un bout sur la délation. Ce même Gobin qui n'a pas hésité (voir les articles cités et leurs preuves en justice) à proposer à la famille Mulliez de révéler mon identité. Heureusement que nous n'étions plus sous l'occupation, car alors je ne donnais pas cher de ma peau !!!

    Ce même Gobin, qui - pour échapper aux poursuites que j'avais introduites - n'hésitait pas à invoquer des problèmes de santé. Comme la famille Leclerc dans le cas d'Edouard Leclerc. Il n'y a pas de doute. Gobin connaît bien toutes les ficelles. Il devait être à l'article de la mort. Il suffit de parcourir son nouvel opus, où il relate ses voyages un peu partout dans le monde, en Russie et ailleurs. Bref ... un grabataire qui ne pouvait pas comparaître devant la justice, mais qui promenait son flair d'enquêteur de haut vol sur tous les continents.

    Beaucoup plus grave. A l'avant dernière page de l'ouvrage (page 260), il n'hésite pas un seul instant à reprendre des arguments qui m'avaient valu les foudres de Gérard Mulliez, ce dernier m'ayant attaqué en justice pour éviter la sortie de mon livre sur "La richesse des Mulliez". Gérard Mulliez avait perdu devant le TGI, et avait été condamné.

    Ce qui m'amène à penser que le sieur Gobin est probablement un agent à la solde de la famille Mulliez.

    Gobin qui s'est toujours présenté comme une victime, non seulement dans l'affaire Leclerc, alors qu'il a des comportements avérés de délateur ; mais aussi au moment de la publication du premier ouvrage sur le "Secret des Mulliez", et actuellement dans les articles qui présentent son autre ouvrage. Il se sent en effet menacé par le groupe Mulliez, par Gérard Mulliez ....  Mais que je sache, aucun membre de la famille Mulliez ne l'a attaqué en justice, ce sieur Gobin. Etrange. Faut dire qu'il ne dérange pas trop, vu le contenu "trivial" de ses livres.

    Gobin qui dispose d'informations de la famille (voir les encadrés du nouveau livre). Alors qu'il dit par ailleurs qu'il est pratiquement "tricard" dans la famille Mulliez. Or, et vous pouvez vérifier (pages 77 à 82 ; pages 144-145 ...) qu'en fait de critiques, Gobin ne fait que reprendre des points valorisés par la famille Mulliez. Avec de temps en temps, un encart de mauvais goût (sur Christophe Dubrulle), ou un autre invérifiable ... Histoire d'équilibrer des propos trop favorables à la famille.

    Gobin sait parfaitement à qui il s'adresse : des gens incapables de vérifier ses dires. Mais dès qu'il a devant lui une personne qui connaît l'histoire, c'est une autre paire de manches. Ainsi de cette fameuse page 260. Que dit-elle, au sujet de l'assignation afin de reconnaître un comité de groupe Mulliez ? "Si les juges lillois viennent à opter pour une analyse similaire (à celle de l'autorité de la concurrence), la reconnaissance d'un groupe Mulliez pourrait avoir comme conséquence subsidiaire la création de l'un des plus importants comités centraux d'entreprise de France. Une aubaine pour le cabinet Syndex, l'un des leaders hexagonaux de la prestation conseil et audit auprès des CE, qui est sur le coup depuis plusieurs années et dont les experts ont fourni des éléments à l'appui de la procédure d'assignation. Les Mulliez ont eu la possibilité de suivre de près le montage du dossier. Un de leurs gendres s'est discrètement fait embaucher chez Syndex. Etonnante coïncidence : entré en janvier 2009, le jeune homme a quitté l'entreprise en 2012, peu après le lancement de la procédure d'assignation ...".

    Gobin, excellent journaliste selon ses laudateurs anonymes qui ont page ouverte dans son blog, a tout faux :

    - rien de secret dans tout cela : voir les articles 88 et 90b du présent blog ;

    - Syndex n'a rien à voir dans l'affaire : c'est l'ouvrage que j'ai rédigé sur le "Groupe Mulliez, pour en finir avec le conte familial", qui a servi à Stéphane Ducrocq pour asseoir en partie son argumentation ... et c'était dans la presse depuis avril 2012, avec nos deux photos en prime. Le "Sherlock Holmes" de l'investigation a du plomb dans l'aile ...

    - c'est tellement cet ouvrage sur le groupe Mulliez qui a été utilisé qu'un avocat adverse (de la famille Mulliez) l'a attaqué en qualifiant mon ouvrage de "nul" ; bien mal lui en a pris. Ce qualificatif m'a permis de requérir auprès du Président du Tribunal de Commerce de Lille Métropole afin que la famille Mulliez soit obligée de publier les comptes des SCA ; ce qui a été acquis en partie (l'affaire est pendante sur la question de comptes qui n'ont pas été publiés) grâce à mon action ...

    - et si jamais il y a eu un "espion" de la famille Mulliez à Syndex, il faut croire qu'il a fait "chou blanc" ; puisqu'il n'y avait rien à voir. Gobin reproduit dans cette page 260 les divagations qu'il a colportées depuis le premier livre sur la Richesse des Mulliez à mon encontre ; ce qui m'a valu l'arrivée d'un huissier à ma porte un vendredi soir avec l'assignation de Gérard Mulliez, dont on sait ensuite qu'il a été débouté de toutes ses prétentions sur mes prétendues utilisations d'expertises de Syndex.

    Gobin le délateur travaille là encore pour le groupe Mulliez ; en ressortant la question de la reconnaissance du groupe Mulliez non pas sur des faits (il n'a d'ailleurs aucune connaissance du dossier - lui le champion du journalisme d'investigation), mais sur des ragots, il reprend les arguments de la famille Mulliez. Comme dans de nombreuses pages de son dernier ouvrage.

    Il est donc permis de se demander s'il n'est pas également un agent de la famille Mulliez, sous couvert d'un journalisme "d'investigation" autoproclamé "indépendant" qui ne révèle rien d'autre que ce que la famille veut bien lui laisser comme miettes, pour mieux la valoriser.

    La suite ces prochains jours. Tant pis pour les acheteurs du livre. Ils verront qu'ils ont payé pour une "investigation" qui ne vaut pas davantage qu'une monnaie de singe.

    B. Boussemart

    PS - en pièce jointe le jugement concernant l'attaque de Gérard Mulliez contre mon premier ouvrage

    Télécharger « JugementTGI08GMulliez.pdf »


    2 commentaires
  • Bonsoir

    "Le Monde" daté du 13 février offre une pleine page signée d'une "journaliste" Audrey Tonnelier, faisant état de la publication ce jour du "livre" de Gobin sur "La face cachée de l'empire Mulliez". Affligeant.

    Probable qu'Audrey Tonnelier soit passée par l'EFE, société effectivement détenue à 50,1% par Creadev, mais pour 27 218 K€ (l'ensemble des investissements dans Creadev n'est pas de 400 M€, mais de 248 M€ en valeur nette et de 274 M€ en valeur brute) ; première règle de l'école de journalisme : vérifier les informations qu'on vous donne. EFE n'est que l'une des nombreuses activités de formation de la société Abilways.

    Reprendre sans la moindre discussion que la famille Mulliez détient un groupe au sein duquel "les frontières entre les affaires de famille et les affaires tout court est très ténue" est soit une formule qui ne veut rien dire (au mieux), soit une bêtise monumentale, lorsqu'ensuite on compare avec les Arnault et les Pinault. D'une part, le groupe Arnault n'a plus publié aucune compte depuis 5 ans (alors que la famille Mulliez a publié les données sociales sur les sociétés faîtières entre 2005 et 2013 suite à une action introduite personnellement auprès du Président du Tribunal de Commerce de Lille Métropole - l'affaire est d'ailleurs en cours, car certaines données n'ont pas encore été publiées par la famille Mulliez) et qu'il en va de même pour le groupe Pinault depuis 2 ans ; d'autre part, les affaires familiales des familles Arnault et Pinault ont des liens encore moins ténus entre les familles et le monde des affaires : quid par exemple des "fondations" artistiques (avec des passe-droits accordés par le pouvoir en place pour Arnault) et les groupes LVMH (et non pas Arnault) et Financière Pinault ? Il aurait par exemple été intéressant, Madame la "journaliste" de prendre des références dans mon ouvrage "Les grandes fortunes ... - Editions Estaimpuis" en pages 16 et 17. Là, vous aviez de l'information. Et pas du people !!!

    Sur l'évaluation de la surface économique [estimée à 80 milliards d'euros, l'équivalent du chiffre d'affaires de Carrefour], deux remarques : avez-vous demandé, Mme la "Journaliste", la source de cette valeur (et comment est-elle calculée ?) ; et ensuite, vous ignorez le chiffre d'affaires réel de Carrefour, qui n'est pas de 80 milliards d'euros, mais de 74 888 M€ (exercice 2013 ; rapport d'activité en page 4 du document de référence publié par le groupe et visé par l'Autorité des Marchés Financiers), chiffre d'affaires qui va encore baisser en 2014, alors que le chiffre d'affaires va augmenter nettement pour le groupe Mulliez, et non pas sur la valeur que vous indiquez sur une source douteuse, non justifiée ... Y a t-il encore une déontologie, dans le journalisme ?

    Sur la non existence du groupe Mulliez, vous me permettrez de renvoyer à mon ouvrage sur le "Groupe Mulliez . Pour en finir avec le conte familial". Gobin "présenté comme le pourfendeur" de la famille Mulliez, reprend les arguments du groupe, sans discuter.

    Sur "la valorisation des actifs contrôlés par l'AFM a progressé de 85% sur les dix dernières années" : là encore, aucun chiffre ne justifie un tel propos. Mme la "journaliste", avez-vous le moindre sens critique ? Quelle est la valeur de départ ? Quelles sociétés ? Quelle valeur d'arrivée ? Et la progression donne t-elle bien 85%. Sur toutes ces données, Gobin est totalement incapable de fournir le moindre début d'un commencement de preuve ... C'est du journalisme de caniveau. Pour une évaluation fiable et argumentée, voir notre article 154 de ce blog.

    Sur les "cinq sociétés en commandite par actions (qui) font l'interface entre les sociétés civiles des associés et les holdings spécialisés par enseigne". Primo : il n'y a pas 5 SCA, mais 3 SCA, une société civile et une société néerlandaise. Vous avez là encore tout faux !!! Ensuite, l'interface ne va pas vers les holdings par enseigne, mais vers des surholdings, puis des holdings spécifiques, puis enfin aux holdings qui contrôlent les divers holdings des enseignes.

    De quoi parle t-on au niveau du "Family office". C'est une bête bien étrange. Quel est son nom, sa fonction, ses moyens etc ...

    Là encore, du baratin digne du journalisme de caniveau.

    Enfin, Greenland est une petite structure belge (petite à l'échelle des fonds Mulliez), qui sert à faire oublier la société Kachgar, qui gère plus de 430 M€ de participations financières de toutes sortes, dont la plus importante est au ... Luxembourg !!!

    Mme la "journaliste", avant d'écrire et de publier n'importe quoi, il est utile de se renseigner sur le sujet étudié.

    Je ne vous salue pas

    B. Boussemart

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires