• Bonsoir

    Après une longue attente, voici les principaux éléments à retenir pour les comptes 2014 des 3 grands groupes intégrés publiant leurs comptes consolidés.

    Bonne lecture.

    B. Boussemart

    Télécharger « 2014-AuchanCasinoCarrefour.pdf »

    PS - l'analyse du taux de Valauchan sera publiée ce week-end sur le blog CFDT de la centrale Auchan.


    1 commentaire
  • Bonjour

    Les Editions Estaimpuis sont heureuses de vous apprendre la sortie d'un nouvel ouvrage. Le lien vous permettant de faire la commande est ci-dessous.

    Sortie de l'ouvrage de Mazé Torquato Chotil sur l'Exil ouvrier - La saga des Brésiliens condamnés au départ

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger « Exilés-Bon de commande.doc »

    Bonne lecture par avance

    B. Boussemart

    L'article indiqué en commentaire 2 :

    Télécharger « OFCE-Boussemart & Roncin - Mondialisation et TH.pdf »

     

     


    2 commentaires
  • Bonjour

    Devant un docteur, ce n'est pas trop grave. Mais une nouvelle fois, le grand journaliste "d'investigation" vient de se faire aligner, par un membre de la famille Mulliez cette fois (voir le blog du délateur). Notre délateur a dû faire un rectificatif sur sa page 194, et reconnaître cette "erreur" !!!

    Une "erreur" parmi de nombreuses autres - voir les articles de notre blog depuis quelques semaines. Mr le docteur Poupard m'avait mis en demeure de faire la même chose après la publication de mon ouvrage sur "La richesse des Mulliez". Mal lui en a pris. Je renvoie à l'article 53 de mon blog (voir les archives) du 18 janvier 2011, les commentaires n° 5 et 7, où justement je donnais à ce cher docteur Poupard les éléments qu'il n'avait pas gardés en mémoire, sur les titres de la SCI de la Clinique du Parc détenus par la famille. Et j'avais maintenu ma position sans aucune difficulté, preuves à l'appui (j'ai fourni à cher docteur le nombre exact de titres détenus par lui-même, Benoît Mulliez et Louis Mulliez-Motte). Un petit détour par mon blog aurait permis au délateur de ne pas tout mélanger, et de vérifier ses informations.

    Ce qui est bien avec les grands journalistes "d'investigation", c'est le culot avec lequel ils vous assènent leurs prétendues vérités. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, c'est très commode quand personne ne peut - ou ne veut - vous contredire sans se dévoiler au regard de la famille. Vous pouvez raconter n'importe quoi, délires compris. C'est la sauce du bouquin du délateur Gobin. Sauf lorsqu'un membre de la famille vous prend la main dans le pot de confiture ; parce que le délateur n'a pas la moindre idée de la source, ne l'a pas vérifiée ni recoupée avec d'autres informations. 

    Deux autres exemples confirment nos propos : voir l'article 164 de mon blog, sur les valeurs 2013 qui viennent d'être publiées pour le groupe Adeo, pour Happychic (Jules, BZB et Brice) ; valeurs qui confirment de très près nos estimations et mettent à nouveau dans les "choux" le délateur Gobin.

    Et je ne trouve même plus cela très amusant. C'est dramatique pour une certaine presse, qui préfère des scoops pourris à de véritables enquêtes, sur le fond des problèmes.

    A très bientôt pour Valauchan et la valeur de Groupe Auchan. L'analyse est déjà faite pour Auchan et Casino (qui ont publié leurs comptes). Mais Carrefour n'a toujours pas publié son document de référence, et les premiers comptes donnés à la presse (les journaleux, c'est tout ce qu'ils méritent) sont particulièrement incomplets pour faire des comparatifs, validant ou non l'analyse.

    B. Boussemart


    20 commentaires
  • Bonsoir

    Il faut entendre les laudateurs du capitalisme mondial. Ils sont trop nombreux pour tous les citer. Mais l'annonce de la dernière mesure du gouvernement en faveur des entreprises - permettre d'amortir des investissements à hauteur de 140% de leur valeur - les a mis en transe.

    Au propre comme au figuré. Jugez-en : vous achetez votre maison, et magnifique, vous avez le droit de retirer de vos impôts non seulement les intérêts, mais 40% de plus, et de manière accélérée. Quel bonus. En fait, vous rêvez. Ceci ne vaut que pour les entreprises, qui vont investir. Et l'investissement, c'est votre avenir : on vous l'a répété à l'envie : les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain, et les emplois d'après-demain. Sauf que le patronat n'investit toujours pas ; y compris après le CICE  - la compétitivité on vous dit - qui devait permettre de gagner de la compétitivité et créer des emplois. Mais les entreprises n'ont en jamais assez. Elles en veulent toujours plus ; et le Valls, et le Macron, y sont prêts. Au nom du dogme libéral.

    Nouveau cadeau fiscal, avec des mesures d'amortissement totalement dérogatoires, et fiscalement totalement avantageuses pour les grands groupes. Car je veux bien qu'on investisse, donc qu'on puisse acquérir des matériels, que l'on va amortir ensuite. Mais demandez donc aux PME si elles ont les moyens de le faire ; avec des banques qui préfèrent spéculer sur les marchés plutôt que d'utiliser des liquidités fournies par la banque centrale européenne à des taux nuls !

    Le monde marche à l'envers. Personne ne demande plus pourquoi et pour quels besoins on investit. Il faut investir, parce que les autres investissent. Mais dans quoi ? Pour des émissions TV de plus en plus débiles (regardez les surperformances boursières des sociétés d'entertainment, absurde) ; ou des sociétés de télécoms ; ou des sociétés de spéculations sur les matières premières ; ou des sociétés immobilières - dont les propriétaires figurent parmi les plus grandes fortunes mondiales, en Chine ou ailleurs. 

    Ce dogme libéral, ils vont finir par le payer, les socialos, y compris les "frondeurs", qui jouent le rôle de ces mêmes socialos. Vous voyez, il y a des bons, et des mauvais socialos. Non, il n'y a que des socialos-traites. Traites à leur parole de 2012. Traites au référendum sur l'Union Européenne capitaliste qu'ils veulent nous imposer de force. Avec tous les gouvernements européens de droite, qui leur viennent en aide, Merkel et Cameron en tête. Hollande a beau faire, il sera toujours la pâle copie de tous ces réactionnaires, qui veulent faire de Thatcher et de Reagan leur modèle.

    Le monde est bel et bien internationalisé. Mais pas comme ils le pensent. Ils vont se faire avaler dans le cadre d'une Europe libérale par le traité de libre-échange que veulent imposer les américains, qui eux mêmes ont de plus en plus peur des pays émergents (comme la Chine, devenue en moins de 20 ans le premier industriel mondial) et des pays disposant des ressources énergétiques d'abord, puis alimentaires et minérales ensuite. Il n'y a pas assez de ressources sur la planète pour obtenir partout notre mode de vie. Et ils nous amusent (avec leurs commémorations, leurs anniversaires, leurs sommets de la dernière chance ..., y compris le futur sommet sur l'avenir de la planète - et les écolos "arrivistes" s'en donnent à cœur joie, au lieu de combattre tous ces faux-culs de politiciens). Mais la place est bonne, et après nous, le déluge.

    Donc, pour les socialos qui veulent en finir avec la gauche : un seul mot d'ordre : d'abord en finir avec eux, à toutes les élections, en les privant de leurs mandats électoraux. Puis en finir avec la droite, de tous les bords. Pour qu'ils sentent que nous enfumer chaque jour davantage, c'est fini.

    Et afin de construire un modèle dont nous avons déjà commencé à parler dans nos divers ouvrages. Qui tiennent compte de la vie des gens. Des vrais gens. Pas de ceux à qui l'on serre la main lors d'un voyage officiel ou d'une campagne électorale. C'est terminé le cinéma politique.

    Place à la véritable démocratie. 

    B. Boussemart


    2 commentaires
  • Bonjour,

    8%, voilà un taux qui devrait intéresser notre matheux. C'est simple, et ça ne devrait pas lui donner trop mal à la tête. Il s'agit du taux des dépenses faites par les ménages français dans le groupe Mulliez. 8%, et non pas 10% comme l'annonce Gobin le délateur en quatrième de couverture de son nouvel opus.

    Mais d'où vient ce taux de 10%? D'un grand coup de fatigue ou d'une perte de mémoire de notre délateur. En fait, dans "Le secret des Mulliez", le journaliste d'investigation indiquait en page 23 : "Chaque année, pour chaque foyer français, ce sont 8 à 10% du total des dépenses d'alimentation et d'équipement qui atterrissent dans les caisses enregistreuses de la famille". Je lui avais fourni les calculs qui menaient au taux de 8% à l'époque ; mais ça faisait probablement plus joli de donner une fourchette de 8 à 10%. Comme en plus il savait très bien qu'il n'allait pas publier les annexes qui donnaient le détail du calcul aboutissant à 8%, l'affaire était dans le sac. Dommage, cela a abouti à une double condamnation de Gobin le délateur, d'abord par le TGI puis par la Cour d'Appel.

    Par ailleurs, Gobin le délateur ne pouvait plus reprendre les 8% dans son nouvel opus, car j'avais publié entretemps "La richesse des Mulliez", où je donnais en pages 138-139 le détail du calcul qu'il avait refusé de publier (c'est trop compliqué pour les lecteurs) qui menait à ce taux de 8% en 2004, ramené à 7,7% en 2006. Petite formation pratique en économie pour Rémi le matheux ; ou comment un taux résulte d'une multitude de calculs, de sources d'informations différentes, et d'hypothèses. Par exemple, je n'ai pas repris les données de chiffre d'affaires d'Agapes dans les calculs (ce n'est pas du commerce de détail) ; de même pour les activités bancaires d'Auchan (ce sont des activités financières) ; et il s'agit donc d'ajouter du commerce au commerce, entreprise par entreprise du groupe Mulliez. Rémi le matheux va probablement nous rétorquer qu'entre 8 et 10%, la différence est faible. "Petite" différence (je me moque) de 7,5 milliards d'euros en l'occurrence, que le groupe aimerait bien mettre dans ses poches.

    J'ai donc repris mon tableau et j'ai actualisé les données pour 2012, année où pratiquement toutes les informations sont disponibles. Et résultat : 8% pour ce taux ; ce qui est déjà énorme. Et la différence entre 8 et 10% donne en 2012 une valeur de plus de 9 milliards d'euros. Mais ceci, c'est une bagatelle pour Rémi le matheux ou pour Gobin le délateur. Qui va en effet contrôler l'exactitude du propos à 10%? Certainement pas ses amis journalistes dans "Le Monde", France Inter, et même au niveau du film de Canal+, qui ont repris cette erreur. Je tiens à la disposition de tous ces messieurs le détail du calcul qui aboutit au taux de 8%. Conclusion pour Rémi le matheux : un taux en cache souvent un autre. Et Gobin le délateur a une nouvelle fois induit ses lecteurs dans l'erreur. Il n'est pas à ça près.

    Le chapitre 2 de son opus, consacré à la Russie, lui donne une nouvelle fois l'occasion de briller dans les cartes postales à 2 balles sur les saucissons, les "rings" de Moscou ou sur la description des hypers, et dans les approximations invérifiables (sur des taux, quelques rares valeurs, et même des acteurs de l'aventure russe, dont il sait très bien qu'ils ne peuvent réagir à ses propos). Car rien de bien concret à se mettre sous la dent. Il avoue d'ailleurs lui-même (en page 43) : "Si quelques données ont été publiées s'agissant de Leroy-Merlin, concernant Auchan Russie, aucun chiffre n'a jamais filtré. Tout est fait pour ne pas révéler inutilement l'existence de cette poule aux œufs d'or". Disons plutôt que Gobin fait tout pour occulter son ignorance crasse de "reporter d'investigation". Car les chiffres d'Auchan Russie existent bel et bien. Nous avions commencé à les publier pour la période 2006-2009 dans "Le groupe Mulliez" en page 64-65. Pour la poule aux œufs d'or, ça tombe bien car nous sommes à Pâques.

    Nous allons donc donner quelques chiffres - mais quelques chiffres seulement, les grands journalistes d'investigation n'ont qu'à se bouger - sur la Russie. Avec une synthèse également, pour éviter d'être pillé sans qu'ils me citent. Entre 2003 et 2013, Auchan Russie a réalisé 1 123 M€ de bénéfice net (je dispose des chiffres année par année). En 2010, dernière année où le groupe publie le chiffre d'affaires d'Auchan Russie, ce chiffre d'affaires atteint 4,2 milliards d'euros. Et les fonds propres d'Auchan Russie sont restés faibles ; c'est cela qui démontre que la Russie est une poule aux œufs d'or. Là encore, je laisse aux grands journalistes d'investigation la place pour leurs calculs !!!

    A bon entendeur ...

    B. Boussemart

    PS - Ci-dessous comment a évolué l'enseignement des maths (merci à Daniel) ... Rémi va s'y retrouver !

    Télécharger « Evolution_de_l_enseignement_des_math.pps »

       


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires