• Bonjour

    Il n'est pas dans mes habitudes de faire de la pub. pour un livre écrit par des journalistes. Une petite exception pour deux journalistes du "Point" - Sophie Coignard et Romain Gubert, avec leur ouvrage "La caste Cannibale - Quand le capitalisme devient fou". Ce qui devrait permettre de "décrasser" un certain nombre d'idées reçues. Au niveau des faits.

    Sur le fond, je suis en total désaccord avec l'idée de base du bouquin. La mondialisation du capitalisme est l'œuvre de ses valets politiques en relations avec les banquiers ; or ceci mérite au minimum une réflexion théorique. Et pas seulement des petites histoires. Voir notre ouvrage sur "Les grandes fortunes, les banquiers et les politiciens".

    Mais bon, se décrasser l'esprit d'un certain nombre d'idées fausses est un bon commencement. Surtout à l'heure actuelle où, paraît-il, nous sommes en guerre. La guerre. Vous avez vu les images et les analyses sur les guerres 1914-18 et 1939-45 ? Et nous sommes en guerre au point de changer la constitution en reprenant les idées d'extrême droite sur la bi-nationalité ? Hollande et Valls étaient déjà des gens de droite au niveau économique, avec leur conversion libérale (décrite dans le bouquin ci-dessus) ; ils franchissent la ligne de l'extrême droite, que même Sarkozy n'avait pas osé franchir .... Attention, Valls va bientôt virer Caudillo - et il a la double nationalité ?

    B. Boussemart

     


    1 commentaire
  • Bonjour

    J'écoute avec beaucoup d'intérêt les arguments des uns et des autres sur le vote "républicain".

    Si voter "républicain", c'est voter bonnet blanc et blanc bonnet, alors c'est non. Et c'est tout aussi républicain. Je me suis bien juré il y a quelques années que le "coup de Chirac" à l'élection présidentielle, c'était le fusil à un coup.

    Nous y sommes.

    Je ne suis pas responsable du fait qu'Hollande et Valls font une politique de droite, et parfois pire que celle de Sarkozy, qui mène la France là où elle est actuellement (instauration d'un système libéral à tous les étages, menaces sur le code du travail, les retraites, chômage à la hausse et dette abyssale). Avec en outre le patron du Medef qui en redemande (les aides, c'est pas assez ; la "liberté" du travail vision XIXème siècle, c'est pas encore ça ...). Et fini de me culpabiliser ... Messieurs les politicards, vous avez eu votre chance. Dimanche, je vais à la plage ... même s'il fait très frais. J'y serai mieux qu'en la compagnie de menteurs professionnels. Quant aux socialistes du nord et du sud, ils viennent de se faire fusiller sur place par Valls, qui élimine ainsi les bastions historiques de contestataires au sein d'un PS libéral. Les vieilles souches socialistes du Nord et du Sud sont mortes avec leur désistement. Place au social-libéralisme (voir le super dessin à télécharger ci-dessous). Source : Journal le Batia n° 73 à paraître mi-décembre à Mons (Belgique) - voir également la référence dans Radio Campus. Comme le dit André, un dessin vaut bien mieux que de longs discours.

    Eh donc, Messieurs les socialo-libéraux, c'est définitivement non. Terminé, les supplétifs du PS libéral de Hollande, Valls et consorts.

    B. Boussemart

    Télécharger « 2015-06-11 15_11_44.jpg »


    9 commentaires
  • Bonjour

    Vous n'avez pas pu échapper hier à une série d'articles : France 2 - Retraites : la France épinglée par l'OCDE ; les Echos : la France est le pays où l'on passe le plus de temps à la retraite ; le Monde.fr : Réforme des retraites : la France peut mieux faire, selon l'OCDE.

    Salops de français : vous vivez plus vieux et vous prenez votre retraite plus tôt. Attention, l'OCDE, le parti socialiste et le MEDEF veillent : l'OCDE salue les réformes, mais la France doit encore aller plus loin. Dans une note publiée ce mardi 2 décembre 2015, l'OCDE indique que "les dernières réformes des retraites ont permis d'améliorer la situation financière du système français ... (mais) elles ne suffiront pas et met en garde les pouvoirs publics (français) : les perspectives de long terme sont basées sur des prévisions optimistes ... ". En France, il faut désormais avoir plus de 61,2 as (âge qui passera à 62 ans en 2017) et avoir cotisé pendant 41,5 ans (43 ans à l'horizon 2035), ou avoir atteint l'âge de 64 ans (67 ans en 2022) pour toucher une retraite à taux plein. Pourtant, le Conseil d'Orientation des Retraites (le fameux COR) s'est montré particulièrement pessimiste dans ses dernières prévisions. Selon son scénario le plus optimiste, c'est à dire avec un taux de chômage à seulement 4,5% (contre 10% actuellement - vu les supers résultats de Hollande, Valls et Macron réunis) et une hausse moyenne des salaires de 1,5% par an, le déficit serait encore proche des 10 Mds €uros en 2019-20 (contre 9,3 Mds en 2014), soit 0,4% du PIB. Or l'OCDE rappelle que les dépenses publiques de retraites restent très élevées (14% du PIB), ce qui nécessite de solides performances en termes d'emploi pour préserver la pérennité financière du système ... Et l'OCDE d'en rajouter sur le mode de calcul des pensions en France, sur l'existence de régimes spéciaux, la différence de traitement entre privé et public ... Et de conclure sur "la nécessité de reculer l'âge de départ légal en retraite ...".

    N'en ajoutez plus, la coupe est pleine. Sauf que tout cela est un tissu de mensonges, basés sur la peur ... Vous allez voir, vos retraites, faites attention .... Comme pour les terroristes ...

    Premier mensonge : j'aimerai bien que les experts de l'OCDE m'expliquent : en France, tous régimes confondus, la France comptait (dernières statistiques fiables connues) 15,6 millions de retraités fin décembre 2013. Ce qui correspond (sur une population de 66,3 millions de personnes) à 23,5% de la population totale (bébés au sein des familles compris). Or le total des prestations servies au titre des retraites atteint 307,5 milliards d'euros, soit 14,3% du PIB (et avec une retraite moyenne fin 2013 de 1 306 €uros brut par mois). Donc, la population totale de retraités (23,5% de la population totale) ne prélève via le système des retraites que 14,3% de la richesse nationale. Salops de privilégiés, qu'on vous dit !!! De qui se moque t-on ?

    Deuxième mensonge : l'OCDE fournit les informations suivantes - reprises par l'AFP : respectivement pour les chiffres indiqués : âge de sortie du travail, espérance de vie au moment de la prise de retraite, et durée de la retraite :

    - France : respectivement : 59,8 ans, 87,1 ans et 27,2 ans ;

    - Italie : respectivement : 61,1 ans, 86,5 ans et 25,4 ans ;

    - Allemagne : respectivement : 62,7 ans, 85,5 ans et 22,8 ans ...

    La France fait de loin la meilleure performance sociale de l'OCDE ! Et c'est ça que l'OCDE, les socialistes et le patronat veulent changer. Et qu'on puisse interdire toute manifestation pour leur faire comprendre que nous voulons garder notre modèle social, et pas du tout le modèle anglo-saxon qui conduit à :

    - travailler plus,

    - mourir plus jeune ;

    - profiter moins longtemps de sa retraite.

    Messieurs les libéraux ... Non merci, définitivement.

    Et que vos valets, les journaleux de tout bords qui n'ont même pas fait le moindre commentaire sur ces deux petits calculs, commencent par abandonner leurs privilèges des régimes spéciaux ... Comme les députés, sénateurs et politicards de toutes catégories.

    Je ne vous salue pas

    B. Boussemart

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires