• Accueil

    Blog la richesse des mulliez
  • Bonsoir

    La date du 13 août 2019 sera retenue dans l'histoire : Trump a baissé son froc devant les chinois. Ceci, après l'annonce de Washington repoussant à décembre la mise en oeuvre de nouveaux tarifs douaniers qui devaient affecter les produits électroniques en provenance de Chine.

    Donald Trump le matamore a échoué dans le conflit commercial qui l'opposait depuis plusieurs mois à la Chine. Il y allait des intérêts financiers de la planète financière, les USA, l'Europe et dans une moindre mesure le Japon voyant leurs places financières s'effondrer jour après jour ; et toutes ces places avaient beaucoup plus à perdre à ce jeu que les places chinoises - voir le "yo-yo" des bourses mondiales depuis de nombreux mois. Elles avaient d'autant plus à perdre qu'une crise financière mondiale pointait son nez ! Devant de multiples mauvaises nouvelles, malgré tous les efforts des libéraux pour relancer les profits d'une économie capitaliste mondiale en perdition.

    Nous reviendrons bientôt sur ces divers points, que nous avions annoncés depuis quelque temps sur Radio Campus Lille, dans l'émission avec André sur les "BCE", les bons calculs économiques. Le redressement ce jour des bourses mondiales après l'annonce est en fait un évènement politico-économique majeur ; mais qui n'empêchera aucunement la crise du système capitaliste (voir notre dernier ouvrage), pour des raisons fondamentales que nous avons exposées.

    B. Boussemart

    Deux compléments ce jour (14 août - 19h) :

    - je viens de regarder l'émission "C dans l'air" consacrée au "succès" de Macron sur l'emploi. A vomir ; notamment les diverses déclarations de Gilbert Cette (économiste libéral macronien du plus bel acabit, qui mériterait de faire 50 fois le tour de Paris à vélo - et sans pause - comme les livreurs dont il "cause" si bien du haut de sa chaire) ; seul Fourquet fait des interventions honnêtes. Tout est faux, notammennt sur la pseudo baisse du chômage en France (voir notre dernière émission début août sur Radio Campus Lille avec André) ;

    - la bourse n'a pas tenu longtemps face à la réalité économique. Trump s'est déconsidéré face à la Chine pour des nèfles. Et il dit vouloir quitter l'OMC ... pauvre amérique.

     


    votre commentaire
  • Bonjour

    Dans un cadre théorique "marxiste", il est assez difficile d'inscrire les "bobos" et leurs pratiques, tout comme ceux qu'ils mettent à contribution via les diverses plateformes d'internet (pour préparer ou faire les courses de la maisonnée, pour se faire livrer des pizzas ou un repas à domicile, pour se faire véhiculer sans avoir recours à un taxi, pour "s'échanger" (peace and love) appartements en villégiature, ou tout autre bien et service. Les exemples ne manquent pas.

    Dans le schéma relatif à la valeur économique de mon dernier ouvrage, comment s'inscrivent ces activités de serviteurs (pour faire plus joli on dit de "service" à la personne) et de maîtres (au sens de la petite noblesse de l'ancien régime). Mais oui, les bobos font bien partie d'une petite noblesse, laquelle utilise avec ses revenus et entretient une cohorte de serviteurs divers qui en dépendent pour leurs revenus. Le schéma s'est un peu modifié avec "internet" et les plate-formes" de soit-disant "mise en relation" des uns et des autres. Mais capitalisme du XXIème siècle oblige, il faut en passer par le web pour que cette petite "noblesse" exploite une masse de gueux qui n'ont d'autres revenus que de vendre leurs muscles (il faut pédaler, marcher, voiturer ...) pour leur plus grand plaisir.

    Qu'il est en effet "jouissif" de se faire livrer un repas par des gueux, pendant que vous écoutez ou dansez sur le dernier air connu ! Avec en prime la "bonne" conscience de "donner un travail, un revenu" à ce gueux qui vous livre. Avec cela, ce gueux va pouvoir poursuivre ses études (n'est-ce pas Macron ?), et c'est bien l'essentiel ... de ce point de vue. Car il me semblait que l'accès aux études devait être, sinon gratuit, du moins accessible à tous. En tout état de cause, deux points méritent d'être soulignés.

    D'un point de vue de "classe" si j'ose dire, ces gueux se considèrent comme des "auto-entrepreneurs". Mais ils font face à des plate-formes captialistes internationalisées qui les exploitent. Ils commencent certes à avoir une "conscience de classe". Mais tant qu'ils privilégieront leur statut d'auto-entrepreneurs, tant pis. Ils n'ont qu'à se "débrouiller", par exemple, en fondant une multinationale des "vendeurs de muscles" ... afin de négocier avec les multinationales du web. C'est pas demain la veille.

    D'une point de vue de la valeur. Tous ces "serviteurs" ne créent aucune valeur ... Par exemple, le repas est le même avant et après avoir été livré (et il en va de même pour la plupart des "services" internet, même ceux qui vous font "gagner" sur vos dépenses). L'homme aux "écus" (le bobo") n'a fait que donner une partie de ses "écus" au gueux qui a livré son repas (en fait, au gueux et à la plate-forme capitaliste qui exploite le gueux). Donc, aucune création de valeur. Même si le PIB enregistre cette activité comme "productive". Là est  une autre limite de l'impérialisme mondial actuel. Faire redistribuer par la "petite bourgeoisie" (i.e. cette petite noblesse) une partie de leurs revenus afin de modérer les revendications des gueux. Sans toucher à la plus-value et aux profits des groupes capitalistes mondialisés.

    C'est la seule attitude de classe à adopter face à ces mouvements "uber" et compagnie.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonjour

    J'attendais depuis quelque temps la publication officielle de certaines sociétés qui contrôlent groupe Arnault (le holding de notre homme qui valait 100 Mds $), afin de finaliser l'organigramme ci-dessous. Les principales sociétés (notamment belges et luxembourgeoises) viennent de publier leurs comptes en ce début d'août. Voici le résultat (avec quelques imperfections liées à l'occultation de certaines données - Bernard ne va pas jouer la transparence à fond). Et d'abord et avant tout, Groupe Arnault ne publie plus aucun compte depuis  ... 2009 !!! Il est notamment indispensable de vérifier les comptes publiés par Financière Agache, Dior et LVMH (notamment ce qu'ils indiquent pour le % de détention de la famille Arnault sur le groupe).

    Télécharger « OrganigrammeGlobalArnault2019.pdf »

    Cet organigramme montre d'abord que Groupe Arnault n'est pas en totalité détenu par la famille. Et qu'il existe de multiples participations croisées entre Groupe Arnault et certaines sociétés du groupe. Il n'est donc pas possible, comme le font les contempteurs du capitalisme mondialisé et de ses brillantes "réussites personnelles ", de prendre comme base de calcul de la fortune "Arnault" la totalité du groupe Arnault.

    Si on considère que Groupe Arnault est totalement détenu par la famille, la valorisation atteint effectivement en théorie 100 milliards de dollars à un petit instant de l'année 2019 (voir ci-dessous). Mais cette hypothèse est fausse.

    Télécharger « 2019-Valorisation théorique de la famille Arnault.pdf »

    Par suite, la valorisation par Challenges (comme Forbes à 100 Mds $) à 90 M€ est tout simplement "bidon" : elle ne tient pas compte :

    - de la participation de Scheffer dans Groupe Arnault ;

    - des intérêts croisés avec des filiales de contrôle de Groupe Arnault, filiales endettées auprès de financiers ;

    - de l'opération Carrefour qui coûte de l'argent chaque année. Encore fin 2017, Europatweb signalait la perte de plus de la moitié de son capital, alors qu'il avait été déjà augmenté pour faire face aux pertes fin 2011 et en 2015. Cervinia Europe (voir l'organigramme) a enregistré 97 M€ de pertes en 2017 et 107 M€ de pertes en 2018 (ses fonds propres sont négatis à hauteur de 11 M€, et elle supporte une dette financière de 650 M€) ; Courtinvest accuse en Belgique des fonds propres négatifs pour 1 451 M€, et une dette financière de 821 M€ (260 M€ de pertes en 2017 et 202 M€ en 2018) ; Cervinia accuse également en Belgique 630 M€ de fonds propres négatifs fin 2018 (129 M€ de pertes en 2017 et 189 M€ de pertes en 2018) ; Bunt au Luxembourg a 66 M€ de fonds propres négatifs (73 M€ de pertes en 2018). L'opération "Carrefour" est un véritable gouffre financier pour Arnault, que tout le monde met sous le boisseau.

    Il faut enfin signaler que la famille Arnault non seulement ne publie pas les comptes de Groupe Arnault depuis 2009 ; mais qu'il en va de même pour les comptes d'Europatweb (depuis 2008), des comptes très partiels pour les sociétés luxembourgeoises de contrôle, notamment pour la détention des filiales (pas de % de détention notamment) comme Scheffer, Sophiz, Delcia, Le Peigné, Coromandel et Financière Agache. Dans la plupart des cas (Financière Agache, Dior, LVMH), les détenteurs minoritaires du capital ne sont pas distingués. C'est pour cette raison qu'il existe un faible écart entre la somme des partiications de l'organigramme et le total mentionné dans les documents de référence.

    En tout état de cause, Challenges fait une nouvelle fois pour la famille Arnault des erreurs grossières. Mais ça vaut bien quelques pubs pour les grandes marques du groupe. On appelle cela comment ?

    B. Boussemart

     

     


    votre commentaire
  • Bonjour

    Comme chaque année, je compare les estimations que je calcule pour le magazine Capital avec les valorisations des grandes fortunes de France publiées par Challenges.

    Et comme chaque année, je suis sidéré par les écarts (en plus ou en moins), qui ne s'expliquent aucunement par le fait que j'utilise la moyenne boursière (pour les entreprises cotées) des 4 premiers mois de l'année (janvier à avril), alors que Challenges prend probablement les dernières valorisations boursières (d'où les différences comme cette année où la bourse monte fortement en avril, mai et juin).

    Mais s'il n'y avait que cela !!!

    Bientôt un bétisier des valorisations "Challenges", lesquelles sont portées au nues par toute la presse macronienne. Ce qui se comprend, n'est-ce pas BFM, LCI etc ... avec les éditorialistes "maison" et variés qui interrogent doctement ces valeurs (en forte hausse) avec la question du ruissellement (fake new) ! Suspense : va t-il rester quelques centimes à distribuer aux gueux ?

    B. Boussemart

     


    1 commentaire
  • Bonjour

    Pour avoir travaillé sur le sujet depuis longtemps, notamment dans mon ouvrage de 2012 "Grandes fortunes, banquiers, politiciens ..., La collusion des pouvoirs face à la crise" aux Editions Estaimpuis, je vous recommande l'ouvrage de Juan Branco "Crépuscule" Editions Au diable Vauvert - Massot Editeurs ; qui décrit par le menu les manipulations médiatique et financière utilisées par l'oligarchie française pour mettre Macron au pouvoir. Nous en avons parlé avec André dans Radio Campus mercredi dernier (les bons calculs économiques - allez sur le site de Radio Campus Villeneuve d'Ascq).

    Cet ouvrage est directement accessible sur internet, en téléchargement libre. Donc, n'hésitez pas. Vous apprendrez les dessous d'une "république" (mieux vaut maintenant mettre les guillemets") devenue bananière sous Macron.

    B. Boussemart

    PS - Je comprends mieux pourquoi la presse n'a pas parlé de mon bouquin à l'époque.

    Pour ceux qui sont paresseux et qui ont peu de moyens financiers ; voici le texte en lien (ce texte est incomplet par rapport au bouquin) ; mieux vaut acheter le livre, il est édifiant.

    Télécharger « Crépuscule, Juan Branco.txt »

    Une version plus "lisible" que celle ci-dessus :

    Télécharger « Branco Macron et son Crepuscule.pdf »

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique