• Bonsoir

    Voici le résultat des calculs présentés partiellement lors de l'émission de mercredi dernier sur Radio Campus Lille (106.6).

    Les multinationales mondiales n'ont jamais engrangé des variations de "valeurs" aussi importantes (voir le fichier ci-dessous).

    Télécharger « Bourse 31 décembre 2017.pdf »

    Vous trouverez ça moins drôle lorsque la crise financière va se produire. A la folie, un peu, beaucoup, passionnément, et ... Macron qui veut vous faire acheter des actions ... C'est d'un comique !

    B. Boussemart

     


    votre commentaire
  • Bonjour

    Comme promis, quelques éléments d'informations sur le groupe Besnier SA (BSA). Pour s'y retrouver, voir ci-dessous l'organigramme du groupe publié lors de l'émission d'Elise Lucet sur France 2, organigramme qui n'a pas été contesté par la famille.

    Télécharger « Organigramme Besnier.pdf »

    BSA se décompose en trois grandes composantes : la partie "Groupe Lactalis", société française contrôlée à 100% par BSA et sa filiale à 100% Galac ; la partie internationale de Lactalis, via BSA International en Belgique, contrôlée à 100% par "Groupe Lactalis" et Galac ; et enfin la composante "Parmalat", groupe italien contrôlé à un peu plus de 89% (le % a augmenté par rapport à l'organigramme, suite à l'OPA lancée par la famille Besnier pour racheter tous les titres ; OPA qui a échoué), via la société "Sofil", contrôlée également à 100% par "Groupe Lactalis" et Galac. L'ensemble du groupe BSA pèse 17,3 Mds d'euros, seul chiffre publié sur le site "2016".

    Jusqu'à présent, seuls les comptes de Parmalat étaient disponibles (données sociales et consolidées), le groupe n'ayant pas le choix puisque cette société est cotée. En revanche, il ne publiait que quelques informations en Belgique (les comptes sociaux de BSA International). Mais ni Sofil, ni Galac, ni "Groupe Lactalis" et bien évidemment encore moins BSA ne publiaient de comptes (ni les comptes sociaux, ni les comptes consolidés) malgré les obligations légales que sont censés faire respecter les présidents des Tribunaux de commerce et les procureurs de la République. Mais manifestement, la famille Besnier est au dessus de ces contingences !

    Elle va devoir pourtant s'y plier, car l'affaire de la "salmonelle", cachée au public pendant plusieurs mois, procède de ce même culte du secret (selon le Canard Enchainé, Lactalis avait gardé "confidentiel"  en août 2017 le rapport mentionnant la contamination) ; avec un préfet de la Mayenne qui a préféré - selon ses propres dires - rendre public l'arrêté de fermeture partielle du site de Craon en le publiant au ... Recueil des Actes Administratifs !!! Vous connaissez ce bidule ? Et ceci le 29 décembre, Lactalis ayant été notifié le 9 décembre. En allant sur le site dédié au RAA, rien sur Lactalis !!! Bizarre. En tout état de cause, il pourrait y avoir des suites judiciaires, avec des pénalités à la clé, et des indemnités à verser à d'éventuelles parties civiles. D'où l'intérêt de connaître la situation financière réelle d'un tel groupe, qui s'était fortement endetté lors du rachat de Parmalat. Voir France 2, l'émission d'Elise Lucet.

    Peut-être un lien de cause à effet : le groupe vient de publier pour la première fois en Belgique les comptes consolidés de BSA International. Cette composante réalisait en 2016 (en M€) 4 899 de chiffre d'affaires, réalisait (part du groupe) 133 de bénéfice net et disposait de 3 004 de capitaux propres.

    Il faut ajouter à ces capitaux propres les capitaux propres du groupe Parmalat, 3 329 M€ en 2016, pour un chiffre d'affaires de 6 530 M€ et un bénéfice net de 79 M€.

    Par ailleurs, l'endettement financier net des deux composantes est faible (135 M€) relativement au cumul des fonds propres.

    Mais la question se pose pour Sofil (qui a participé au rachat de Parmalat), pour "Groupe Lactalis" et pour BSA évidemment. Les seules données fiables seraient les données consolidées de BSA, mais comme pour la salmonelle, sortez, il n'y a rien à voir !!!

    Notre président s'était fait le chantre de la transparence financière des groupes, lorsqu'il était ministre. Tout cela est resté lettre morte, les multinationales sont au dessus des lois ... puisque personne ne trouve à y redire.

    Bons comptes ; bonnes salmonelles !!!

    B. Boussemart


    1 commentaire
  • Bonsoir

    Papa Arnault a bien fait les choses pour Noël : chacun de ses 5 enfants a reçu en donation 189 020 titres LVMH et 88 220 titres Dior. Chaque enfant va donc bénéficier de 73,249 M€ pour son petit cadeau de Noël ; et Papa Arnault a commencé ses donations par un premier paquet de 366,245 M€.

    Début novembre 2017, Linéaires annonçait le passage d'hypers Carrefour (Arnault est toujours l'un des principaux actionnaires de Carrefour, avec Ginette Moulin - Galeries Lafayette) en location-gérance. L'avantage clairement annoncé de ces locations-gérances est la baisse du coût salarial, les nouveaux propriétaires ne devant plus "appliquer les accords collectifs de Carrefour Hypermarché, et pas davantage la politique d'intéressement ou le plan épargne groupe".

    Les hypers concernés pèsent en moyenne 120 personnes, et ont un chiffre d'affaires annuel qui démarre à 25 M€. La donation Arnault représente donc environ (à 30 M€ en moyenne de CA par an) 12 hypers/an de chiffre d'affaires (et le coût salarial chargé dans un hyper Carrefour est de l'ordre de 14% du chiffre d'affaires). La donation correspond en conséquence à environ 85 hypers en coût salarial annuel pour 120 personnes par hyper ; soit l'équivalent de 10 200 salaires annuels !

    Vive l'égalité, la fraternité ... et la liberté d'exploiter ... En marche.

    B. Boussemart

    PS du 3 janvier 2018. Dans l'émission de Radio Campus Villeneuve d'Ascq consacrée chaque premier mercredi du mois aux "BCE - Bons Calculs Economiques), nous avons parlé avec André de cette donation. Vous pouvez podcaster sur 106.6. J'ajouterai sur ce blog une question que nous n'avons pas eu le temps de traiter aujourd'hui : Lactalis et la famille Besnier ... ses fabuleux bénéfices et son opacité qui commence à être limite par rapport aux pratiques évoquées ce jour par le "Canard enchaîné" (une très bonne lecture).

    Le blog y consacrera un article demain.

    B. Boussemart


    2 commentaires
  • Bonjour

    Pour une famille très catholique, Noël est une fête emblématique.

    Cette période est propice aux licenciements ... Mais chuttttt ... Ce ne sont pas des licenciements. Ce sont des départs type "Macron". Vous êtes viré(e)s ... mais volontairement. Si nécessaire, un vote va même être organisé !!! La démocratie, il n'y a que ça de vrai pour les dictateurs de la modernité en marche ... en marché capitaliste, on devrait dire.

    En 2016, six sociétés consolidées (Groupes Auchan, Adeo, Décathlon, Oosterdam-Pimkie, Acadie et Groupe Maison Familiale) et la société Kiabi Europe (comptes sociaux, la consolidation n'est pas publiée) avaient réalisé 82 208 M€ de chiffre d'affaires, 5 434 M€ d'Ebitda,  2 133 M€ de résultat net, et disposaient de 22 010 M€ de fonds propres. Une misère !!! Et pour quelques millions de pertes non encore officialisés (comptes 2017 non publiés, par définition, ils ne seront officiels qu'après le visa des commissaires aux comptes vers mai 2018), immédiatement un plan de licenciements. Où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir.

    Et encore, le groupe n'a publié aucun compte sur : Happychic (Jules, Brice), HTM Group (Boulanger etc ...), Agapes (Flunch ...), Cultura, Mobivia (Norauto), et les bénéfices devraient être encore plus importants. Discrétion toujours cautionnée par le Tribunal de Commerce et le Procureur de la République. Tout ceci ne regarde pas les mécréants. La transparence, c'est pour les autres ... Ceux qui n'ont pas les moyens de bénéficier de conseillers fiscaux, et qui peuvent se délocaliser vers des paradis - proches ou lointains.

    En août 2016, le cumul de valeur des 5 titres "groupe Mulliez" (Acanthe, Cimofat, Valorest, SC Soderec et Claris NV) était de 168,48 € ; en août 2017, ce cumul valait 181,59 € ; soit une hausse "modeste" de 7,78 % en un an. Probablement le même niveau de hausse de salaires dont ont bénéficié les salariés du groupe !

    Joyeux Noël ; les petits enfants Mulliez ont encore pu bénéficier de l'exploitation de dizaines de milliers de salariés. Et ce n'est pas encore suffisant pour la hotte, il faut les licencier en plus ... pour avoir toujours plus, toujours plus .... Telle est la dure loi du capitalisme, avec Mulliez à la manoeuvre et Macron en prophète de l'argent roi.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonjour

    Premier rendez-vous à 12 h jusque 13h avec André pour les BCE (Bons Calculs Economiques), avec à l'ordre du jour : le chômage (qui ne baisse toujours pas), et la mise au pas capitaliste de la France par Macron (dans tous les domaines) ;

    Second rendez-vous à 18h30 avec Sam, pour une présentation en avant-première du bouquin sur "Le crépuscule du dieu capital ou l'impérialisme du XXIème siècle" ... Le livre est pratiquement achevé (fini pour les données statistiques) ; reste à peaufiner l'écriture.

    A demain

    B. Boussemart


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique