• Article 140. Pub - Benoît Duquesne ce jeudi 24 avril sur Fr 2 - La censure en marche

    A voir ?

    Ce jeudi, Benoît Duquesne propose une enquête sur Bernard Arnault, sur Antenne 2, en seconde partie de soirée.

    Avec la participation de votre serviteur (une journée d'enregistrement ... particulièrement critique sur le personnage "Bernard Arnault"). Surprise, surprise ... qu'en restera t-il ? Et je n'en sais rien ... Ah, quand la liberté de la presse vous tient !!!

    A vos postes.

    B. Boussemart


  • Commentaires

    1
    b.boussemart
    Samedi 26 Avril 2014 à 14:42

    Maintenant, ce samedi 26 avril, je sais ce qu'il reste de la journée complète d'enregistrement passée avec le journaliste de France 2 et son équipe. Rien. Je tiens à disposition de qui le veut son coup de fil pour m'annoncer que le passage initialement consacré à mon intervention fortement sollicitée par France 2 était passé à la trappe, la veille de m'émission.


    Mon intervention portait :


    - sur les conditions scandaleuses de reprises du groupe Boussac, issu de la manipulation sur la faillite du groupe Willot ; dans l'enquête, il ne reste qu'un mur filmé à Pérenchies où j'avais guidé ces "journalistes" ;


    - sur l'absence totale de création d'emplois par Bernard Arnault. Il se prévaut d'avoir créé plus d'emplois qu'il n'en a détruit chez Boussac. Et Duquesne ne l'a même pas repris sur ce point, en lui laissant le beau rôle, malgré ce qui avait été dit par "l'ouvrière" (présentée comme telle) et l'ancien DRH du groupe Boussac. Bernard Arnault et LVMH (il a tendance à mélanger les deux, alors que c'est LVMH et les autres actionnaires qui financent) ont en tout et pour tout 114 635 personnes à l'effectif à fin décembre 2013 (en CDI et CDD) ; avec un salaire brut moyen par personne (cadres, maîtrise, employés et ouvriers, CDI et CDD compris, avec les primes et la participation, mais hors charges patronales) de 2 648 € par mois. C'est dire - compte tenu du salaire de Bernard Arnault et des membres du conseil d'administration, des salaires des responsables bien payés partout dans le monde pour imposer l'exploitation des "petites mains" à plein régime - des salaires aussi faibles (voir plus faibles - honte à lui pour ce qu'il a déclaré sur la Roumanie et la Bulgarie, sans oublier toutes les autres délocalisations : il n'y a que 21 728 personnes en France fin 2013 sur les 114 635 personnes à l'effectif, soit moins que ceux qu'il a repris du groupe Agache Willot en France) que ceux payés dans le textile et l'habillement à l'époque de Boussac.


    - sur les bénéfices de Dior. Il a été annoncé 3 milliards de bénéfices pour Dior, en présentant la pépite du couturier Dior. C'est une bonne blague. La maison de couture Dior fait des pertes récurrentes depuis plusieurs années ; aussi bien en France que dans la plupart des filiales à l'étranger. Perte en 2012 de la société Dior Couture : 15 M€ en 2011, 7 M€ en 2012. Ce qui rapporte de l'argent, ce sont les parfums, etc... qui sont chez ... LVMH. Là encore, le journaliste confond la société Dior Couture (filiale de Grandville au Luxembourg) avec le holding Dior, qui détient - via la société Financière Jean Goujon - la participation dans LVMH !!! D'ailleurs, la consolidation du holding Dior ne s'est traduite par un peu plus de 3 milliards d'euros de bénéfice qu'en 2010 et 2011, avec la prise en compte de plus-values exceptionnelles sur l'opération Hermès notamment. Et avec les 2/3 de ces 3 milliards pour les minoritaires (et non pas pour Bernard Arnault).


    - sur les échecs de Bernard Arnault. Il nous a été montré avec complaisance la galerie de portraits des ancêtres des sociétés rachetées par LVMH (avec l'argent de LVMH, pas celui de Bernard Arnault) ; mais curieusement, rien sur les échecs concernant la tentative de reprise d'Hermès ; et pas davantage sur la participation en direct de Financière Arnault dans le groupe Carrefour, où il s'est ramassé une moins value de plusieurs milliards d'euros entre la valeur à l'achat des titres Carrefour, et leur valeur actuelle. Le "flair" légendaire de Bernard Arnault si cher à messieurs les "journalistes" Durand et Duquesne (même combat de cirage de pompes) est donc faillible !!! Mais chut, il ne faut pas le dire.


    - sur le grand ami des arts. Oublié dans le reportage ce que j'avais dit sur le vote contre nature des députés PS et UMP pour obtenir la dérogation accordée sur des terrains non constructibles afin d'ériger son "paquebot des arts" présenté en fin de reportage!!! Mégalo ... Mais non, bien évidemment. Là encore, c'est une filiale de LVMH qui finance, et pas "cher Bernard" !!!


    - enfin, sur l'exil fiscal en Belgique. Rien n'empêche Bernard Arnault de créer une fondation en France. Mais il a bel et bien délocalisé en Belgique toute une partie de sa fortune personnelle. Voir les nombreux articles consacrés de longue date dans ce blog sur ce point. Aucune excuse pour Benoît Duquesne, qui fait mine de confondre les sociétés belges Pilinvest et Protectinvest. Or, ce qui est important du point de vue de Bernard Arnault, ce n'est pas le paiement des impôts (au contraire, il bénéficie de crédits d'impôts payés par l'Etat français à son holding personnel Financière Arnault) ; mais la question des impôts sur la succession. Et là, la Belgique, c'est le rêve !!! Bonne nuit, Bernard Arnault ; Benoît Duquesne a fait gober au bon peuple français un conte de fées. D'ailleurs, Bernard Arnault nous avait prévenu dès le départ : dans le titre de l'excellent ouvrage d'Airy Routier qui le qualifiait d' "Ange exterminateur", il ne voulait que retenir "l'Ange".


    Mission remplie pour France 2 et ses journalistes. J'espère que la pub. des sociétés LVMH/Dior/Groupe Arnault va suivre. Ils ont bien mérité : et les clients pourront sans problème passe du "lèche-bottes" au "lèche-vitrine" ... chez Arnault ...


    B. Boussemart


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :