• Article 181 - Il est toujours idiot d'avoir raison trop tôt

    Bonsoir ...

    " Petite anecdote : le 17 mai 2012, Bloomberg Business annonçait en gros titre « Billionaire Arnault Lowered $ 15 billion on Wealth Ranking ». Traduisons : le pauvre Arnault était allégé de 15 milliards de $ sur le montant de sa fortune publiée par Forbes, dont le classement « grandes fortunes » éclaire chaque année la « Planète Finance ». Et Forbes, sous la plume de Luisa Kroll, reprenait l’argument de Bloomberg le lendemain, en titrant « Inside LVMH’s Byzantine Ownership structure ».
    Je ne sais pas ce qu’est une structure de détention capitalistique byzantine !!! En revanche, je connais bien la structure décrite ensuite dans ces deux articles, qui faisaient mine de découvrir en 2012 ce que j’avais publié depuis 2008 dans « La richesse des Mulliez » (pages 166 à 177), à savoir :
    - qu’Arnault ne possédait pas économiquement (à l’époque) 40,9% de LVMH ;
    - que ces 40,9% passaient par des holdings, notamment Financière Jean Goujon et Dior ;
    - que le groupe Arnault ne possédait que 70,4% de Dior, et donc que près d’un tiers de la valeur économique (et non pas du pourcentage de contrôle financier) échappait à la famille Arnault.
    En conséquence, Bloomberg retirait 15 milliards de $ de la fortune Arnault, et Forbes concluait qu’il était logique d’estimer cette fortune à 25 Mds $, au lieu des 39 Mds $ initialement publiés.
    J’ai eu connaissance très récemment de ces deux articles, par le journaliste Bruno Declairieux, du magazine Capital, avec lequel j’ai collaboré sur le classement 2015 des 100 plus grandes fortunes françaises.
    Il faut dire que la lecture de la presse financière anglo-saxonne n’est pas une de mes priorités … En revanche, il est assez amusant de voir que ces deux « références » du milieu des affaires aux Etats-Unis validaient un travail – et sans me citer, bien évidemment – vieux de 4 années. Il faut dire que traverser l’atlantique, c’est long. "

    Et ce n'était pas tout ...

    Voici un petit extrait de l'ouvrage qui va sortir bientôt sur "Les dessous des grandes fortunes". Il est consacré à la troisième fortune de France, à un niveau qui n'est pas celui annoncé encore cette année par Forbes. Ces publications sont " schizophrènes " : elle peuvent ignorer ce qu'une main écrit d'un côté, et ce qu'une autre main calcule de l'autre.

    Bien d'autres révélations sur les grandes fortunes et leurs petits secrets très bientôt.

    B. Boussemart

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :