• Article 264 - Macron ou l'art du mensonge

    Bonsoir

    Je viens d'écouter ce soir diverses radios sur les sujets d'actualité (les retraités nantis qui sont dans la rue ; les cheminots qui contestent la réforme de Macron et de ses sbires ...) et la discussion sur Antenne 2, et notamment le fait que les pauvres capitalistes nous demandent encore des sacrifices pour préserver notre avenir.

    Quelques remarques immédiatement (je vais mettre sur ce blog dans les jours qui suivent les preuves de ce que j'avance) :

    - les retraités nantis : les seuls arguments sont sur des moyennes de revenus (quelles moyennes d'ailleurs ?), qui feraient que les revenus des retraités seraient supérieurs à ceux des jeunes actifs ... La bonne blague. De quels revenus parle t-on ? Des revenus des travailleurs, ou des revenus des riches du CAC 40 et autres ? On ajoute des choux et des carottes : les revenus des sieurs Dassault, Arnault etc ... qui sont au-dessus de l'âge légal de la retraite, à ceux des ouvriers de chez Renault, de la fonction publique etc ... qui n'ont pas eu le plaisir d'accumuler des titres pour bénéficier des revenus du capital !!! Honte à RTL et consorts ... qui ont en rajouté toute la journée ! Et la manipulation marche à fond : même des retraités à 2 000 € par mois se sentent coupables ! Et on leur raconte la solidarité etc ... le fait que leurs parents n'avaient que le minimum vieillesse etc ... Et le PIB .. Messieurs les calculateurs en chef des retraites .. . De combien a t-il augmenté ? Et quelle est sa répartition entre les riches et les pauvres ? De plus en plus d'inégalités, y compris au sein des retraités. Monsieur Macron, on a bien compris votre stratégie : vous voulez remplacer la lutte des classes par la lutte des catégories d'âges ... Mieux diviser pour mieux régner ...

    - les cheminots nantis. Autre bonne blague. J'ai eu l'occasion à deux reprises sur Radio Campus (hier et le 7 mars), c'est public, vous pouvez vérifier, que non seulement la SNCF (et il faut bien évidemment regarder le niveau comptable auquel on s'attache) n'a pas perdu d'argent entre 2006 et 2017, mais que sa dette est uniquement liée à deux faits importants : d'une part que l'Etat n'a jamais mis en capital de l'argent à la hauteur de ce qu'il demandait comme service public à la SNCF (mobilité comme réseau, et surtout réseau - c'est joli de faire des lignes TGV, mais il faut les financer) ; et surtout qu'au niveau comptable, la réforme de 2014-2016 a transféré la totalité de la dette que l'Etat devait garantir vers la SNCF (je vais donner l'écart des comptes consolidés entre groupe SNCF 2013 et groupe SNCF 2017 - comme par hasard, les comptes groupes ne sont pas disponibles en 2014 et 2015, au moment où les manipulations financières sont au top), sans oublier le fait que les rares pertes comptables (deux exercices connus sur la période 2006-2017) sont uniquement liées à des "pertes de valeur" décidées par la direction de la SNCF, par rapport à sa stratégie. En d'autres termes, on décide par exemple de fermer des gares, et on provisionne (donc on crée des pertes comptables) qui "obligent" financièrement à ces fermetures ... Et le plus gros de ces "pertes de valeur" sont liées à Réseau Ferré de France (près de 9 milliards d'euros en 2015). Ce qui entraîne des fonds propres négatifs pour l'ensemble du groupe SNCF (mobilité comme réseau), une manière de justifier la politique actuelle ... préparée de longue date. Monsieur Macron, on a bien compris votre stratégie : diviser les catégories de français les unes par rapport aux autres ... Et aux financiers de rafler la mise !!! Là encore, Macron se dévoile : ici aussi, c'est diviser pour mieux régner ... Les "nantis de la SNCF et de la fonction publique" ... par rapport aux salariés du privé, qui tirent également la langue (vu les faibles hausses de salaires accordées par les copains du CAC 40). Pourquoi Macron ne donne pas son salaire lorsqu'il était à la banque Rothschild ? La comparaison des privilégiés serait enfin intéressante !!!

    - encore ce soir, une représentante bcbg de la république en marche qui nous explique sur France 2 que les entreprises n'ont pas assez d'argent pour investir ... et qu'il faut les aider ... Autre bonne blague du macronisme. Les groupes mondiaux (y compris français) n'ont jamais autant gagné d'argent et n'ont jamais accumulé autant d'argent. Là est tout le problème capitaliste. Au contraire, ils ne savent plus quoi faire de leur argent, sinon spéculer. D'où les hausses faramineuses des bourses mondiales ... qui commencent à paniquer (depuis plusieurs semaines) à la moindre nouvelle politique ou économique. Nous avons déjà dit que le capitalisme était moribond .. Nous confirmons ... Voir notre prochain ouvrage, chiffre à l'appui.

    En attendant, il faut soutenir toutes les luttes qui existent actuellement. Oui ; vous ne savez pas ; mais informez vous. Ne comptez pas sur la presse Dassault, Drahi, Pinault, ... (voir mon ouvrage sur les grandes fortunes, les banquiers et les politiciens) pour vous donner l'information.

    Allez la chercher. Vous la trouverez. Bonnes grèves et bonnes luttes. Un cinquantenaire (1968-2018), ça se fête dignement.

    B. Boussemart

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :