• Article 289 - La manipulation choc de Bernard Arnault pour les résultats 2018 de LVMH

    Bonsoir

    "Challenges.fr", dont on apprécie les compétences et l'esprit critique, a publié le 30 janvier, sous la "plume au vitriol" d'Anne-Marie Rocco, un article consacré à LVMH, sous le titre "Les chiffres choc de Bernard Arnault".

    Et quel choc ! l'article indique "Bernard Arnault contre-attaque ... Le PDG du groupe LVMH ... a tenu, cette année, à mettre en avant l'empreinte sociale du groupe dans l'Hexagone. Premier point : l'emploi. "En 2018, nous avons embauché 13.500 personnes en France (dont 4 000 CDI, Ndlr), a rappelé le PDG de LVMH. Un chiffre qui place le numéro un mondial du luxe au troisième rang des recruteurs du pays, derrière McDonald's France (32.015 personnes) et la SNCF (29.900 personnes). Mais loin devant le peloton des autres grandes entreprises qui, bon an mal an, recrutent environ 5000 personnes par an, comme Bouygues, Engie, BNP Paribas ou Saint-Gobain. Un mouvement appelé à se poursuivre ... Deuxième point : les impôts. "LVMH paye 1,2 milliards d'euros d'impôts sur les sociétés en France" a révélé Bernard Arnault pour la première fois. Précisant au passage que la France "représente 10% de nos ventes, mais 50% de nos impôts". Une façon de montrer que les bénéfices du groupe ne profitent pas exclusivement aux actionnaires comme on le lui reproche parfois, même si les dividendes, très généreux, augmenteront encore de 20% cette année" ...

    Revenons sur ces deux points.

    Bernard Arnault manipule les informations sociales de son groupe. Impossible de préciser pour 2018 (il n'y a que les données financières qui ont été présentées en détail pour l'instant), mais il nous avait déjà fait le coup en 2017. Le document de référence de 2017 indique en effet (page 83) : "en 2017, les recrutements ont concerné 33 191 personnes sous contrat indéterminé dont 4 411 en France. 8 341 personnes sous contrat à durée déterminée ont été recruté en France. Les pics saisonniers des ventes lors des fêtes de fin d'année ou des vendanges sont deux motifs importants de recours aux contrats à durée indéterminée. Le nombre de départs de salariés en contrats à durée indéterminée, tous motifs confondus, s'élève à 29 640 en 2017 ...".

    Donc, le groupe LVMH, lorsque l'on prend en compte non seulement le type d'emplois (dont de très nombreux CDD) mais aussi le nombre très important de départs (le turn over global est de 12,5% en France), ne crée absolument pas le nombre d'emplois évoqués. LVMH ne voit pas ses emplois augmenter en France de 4 411 + 8 341 = 12 752 emplois. D'ailleurs, les effectifs CDI et CDD de fin d'année (page 81 du même document de référence) en France passent de 26 970 en 2016 à 29 578 en 2017. Pour qui sait compter, la hausse de l'emploi en France permise par le groupe est donc de 2 608 ; et non pas de 12 572 comme il le fait croire deux pages plus loin. Qui plus est, les effectifs en France n'ont absolument pas donné lieu à 2 608 embauches nettes. Là encore, il faut lire entre les lignes : entre 2016 et 2017, le groupe intègre dans les effectifs 2017 une entreprise supplémentaire : Dior couture ; et en 2017, Dior couture compte 1 346 emplois (en effectifs moyens - voir note 1 ci-dessous). Les embauches nettes sont donc au maximum de 2 608 - 1 346 = 1 262 emplois ; ce qui représente à peine 10% du nombre d'emplois annoncés. Première manipulation de choc sur les chiffres réels de l'emploi !

    Côté impôts, nous n'avons pas le détail des impôts payés en France par les diverses sociétés françaises du groupe LVMH. Toujours est-il que la société LVMH (comptes sociaux) verse en 2017 aux actionnaires 2 535 M€, et prévoit pour l'exercice 2018 d'en verser 3 030 M€ au total (1 010 déjà payés et 2 020 M€ pour le solde du dividende). Ce qui signifie que les impôts payés en France par LVMH ne représentent qu'environ le tiers du montant que les actionnaires touchent (dont plus de 47% pour la famille Arnault).

    Mais qu'elle est belle, l'empreinte sociale à la mode Bernard Arnault ! Le social à la mode Arnault, tous les français voudraient bien en bénéficier.

    Notes : l'effectif moyen en ETP (équivalent temps plein) était de 128 637 ETP en 2017, pour 145 247 emplois dans le groupe. Ce qui donne une idée de l'importance des contrats partiels et des CDD de fin d'année ; les ETP ne représentent que 88,6% de l'emploi du groupe ; nous n'avons pas la ventilation par pays des ETP.

    Par ailleurs, le groupe LVMH est très discret sur le niveau des aides à l'emploi dont il bénéficie, et notamment du CICE. Aucune information globale dans le document de référence ; et des bribes d'information dans quelques entreprises. L'empreinte sociale a des limites liées à la transparence !!!

     

    B. Boussemart


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :