• Article 98 - Bernard Arnault ment, sur les emplois jamais créés, et sur sa succession belge

    Une nouvelle fois, Bernard Arnault est pris la main dans le pot de confiture, et ment de manière éhontée. Au moins sur deux sujets, qui concernent la création d'emplois en France par son groupe ; et sur son exil vers la Belgique.

    Sur le premier point, la démontration est facile. Les effectifs en Equivalent Temps Plein ont évolué comme suit pour la France entre 2004 et 2010 (le critère n'est plus publié en 2011 - et les commissaires aux comptes - Deloitte & Associés, avec leur département Développement Durable - n'ont rien trouvé à dire) : en 2004, 18 670 ETP ; en 2005, 18 423 ETP ; en 2006, 18 448 ETP ; en 2007, 18 538 ETP ; en 2008, 18 980 ETP ; en 2009, 18 590 ETP et en 2010, 18 679 ETP. Donc, les effectifs sont stables, au mieux. Bernard Arnault ment lorsqu'il indique dans le Parisien.fr (après la polémique sur son exil fiscal) : "Le groupe LVMH embauche, chaque année, plusieurs milliers de personnes en France, et ce, depuis plus de 20 ans". Si tel était le cas, les effectifs français du groupe LVMH seraient passés de 18 670 ETP en 2004 à plus de 25 000 ETP (en moyenne seulement 1 000 ETP par an ; soyons "gentil" avec Bernard Arnault) en 2010 ! Le sieur Arnault oublie de dire qu'il embauche certes, mais des emplois en CDD, des précaires, des emplois partiels ... et qu'il vire autant de personnes qu'il n'en embauche.

    Bernard Arnault ment donc lorsqu'il dit qu'il crée des emplois en France. CQFD.

    Sur l'exil fiscal, il faut revenir à la présentation de Benoît Duquesne, sur France 2, consacré aux "riches". Il évoque en effet deux sociétés belges, Protectinvest et Pilinvest, qui seraient consacrées à la succession de Bernard Arnault. Ne sont évoqués à cette occasion que les flux d'argent partant en Belgique, soit un total de près de 3,3 milliards d'euros, suite à des augmentations de capital de Pilinvest. Etrangement, le journaliste ne va pas plus loin. Les "experts" ne savent pas ce qui se cache derrière tout cela.

    C'est pourtant limpide, et il suffit de savoir lire les comptes de la société en question. Démonstration.

    Pilinvest a été créée en juin 1999, avec un capital de 250 K€ (10,05 MFrancsbelges de l'époque). Société en sommeil jusqu'en 2005, où une première augmentation de capital a lieu, avec un apport de 1 855 000 titres LVMH par Bernard Arnault, qui se traduit pas une première augmentation de capital de 103,46 M€uros. Suit en 2006 un nouvel apport de 300 000 titres LVMH pour 23,94 M€, puis en 2007 un apport de 1 510 000 titres LVMH pour 128,35 M€ et de 1 200 000 titres Dior pour 112,692 M€. Le capital de Pilinvest est alors de 368,69 M€. En d'autres termes, Bernard Arnault a placé dans Pilinvest les stock-options qu'il récupérait sur LVMH et Dior, pour ses bons et loyaux services.

    En 2010, petit accroc : Carrefour va mal, et Bernard Arnault a besoin de liquidités. Il procède donc à une réduction de capital de Pilinvest de 50 M€, et le capital passe à 318,67 M€.

    En 2011, nouvelle augmentation de capital de Pilinvest, par apport de 600 000 titres LVMH, pour 67,878 M€. Fin des stock-options. Il est donc possible de passer à autre chose ; et à la succession. Le reportage de France 2 a également indiqué l'existence d'une seconde société, Protectinvest, qui est en fait une fondation privée, qui n'a pratiquement pas de capitaux, qui est filiale de Pilinvest, et qui n'a comme objet social que de gérer la succession. Gérer n'est pas posséder. C'est Pilinvest qui détient les titres. Et à fin 2011, Pilinvest ne détient que 0,84% du capital de LVMH, et 0,66% du capital de Dior (à quelques cessions de titres près, impossibles à vérifier sur les comptes de Pilinvest, non publiés, c'est une manie pour Bernard Arnault, en 2010 et 2011) ; autant dire que Bernard Arnault a fait jusqu'alors le plus facile.

    La confiance en la victoire de son grand ami Sarkozy pour la présidentielle de 2012 a rapidement connu ses limites. Dès janvier 2012, c'est "plié" pour cher Bernard ! Il décide de faire passer en Belgique plus de 64% du holding de son groupe "Groupe Arnault" chez Pilinvest. De fait, en janvier 2012, le capital de Pilinvest passe de 386,549 M€ à 3,3 Milliards d'euros, par un double apport de titres d'une même société française, dont les titres sont numérotés et non cotés. Le premier apport concerne 3 995 612 actions "x" en pleine propriété pour 2,317 milliards d'euros, soit une valeur par titre de 580 € ; le second concerne l'usufruit de 6 204 830 action "x", pour 596 M€uros.

    S'agissant des caractéristiques des sociétés du groupe Arnault, seul le holdind "Groupe Arnault" (relativement au nombre de titres composant son capital, son caractère nominatif et non coté) peut correspondre à une telle valeur par titre. Montaigne Finance a un capital de 31 490 920 actions (c'est beaucoup trop) et Financière Agache a moins de titres que le total des titres passant en Belgique. Il ne reste donc que "Groupe Arnault".

    Ce qui veut dire que dès janvier 2012, près des 2/3 du capital de "Groupe Arnault" ont déja totalement ou partiellement franchi la frontière belge. Et que déclare Bernard Arnault ? "M. Bernard Arnault précise qu'il est et reste résident fiscal français" (texte diffusé par la communication du milliardaire)... Prière de ne pas rire ! Le mensonge par omission est aussi grave pour l'église catholique que le mensonge tout court !!! Par ailleurs, j'attends de voir si M. Bernard Arnault va acquitter en 2013 les 75% d'impôts sur les 4,4 M€uros de salaires (base 2011, réévaluée en 2012?).

    En tout état de cause, l'exil fiscal en Belgique est déjà là, et bien là ! Bernard Arnault ment encore. Ce qui ne nous étonne guère.

    B. Boussemart

    PS. Deux remarques ce lundi suite à des commentaires.

    - C'est Marco VAN HEES qui a découvert les deux sociétés Protectinvest et Pilinvest, et non pas les journalistes de France 2. Qui se sont d'ailleurs plantés dans leurs commentaires. Ils ne sont même pas capables de lire les documents fournis par Marco VAN HEES (voir ci-dessus).

    - la valorisation du groupe Arnault est maintenant possible de manière plus "logique" que celle des journalistes de Challenges, valorisation reprise par tous les médias - dont le caractère moutonnier est bien connu : en 2004, "Groupe Arnault" était valorisé à 2 106 M€ lors des échanges avec la société Coromandel ; en 2008, "Groupe Arnault" était valorisé à 2 308 M€ lors de l'opération avec Goujon Participations.

    Avec la valeur de Pilinvest, la valorisation actuelle de "Groupe Arnault" est de 9 298 M€. La Belgique a donc donné des ailes à la valorisation de "Groupe Arnault" ; il faut dire que l'air fiscal belge est particulièrement agréable pour les successions.

    Cette valeur de 9 298 M€ se compare aux 980 M€ de fonds propres de ce groupe à fin 2011 ; et à l'absurde valorisation de "Challenges" à 21 200 M€. Notre évaluation (voir Grandes fortunes, banquiers, politiciens ... La collusion des pouvoirs face à la crise) était de 18 135 M€. Rappelons enfin que la famille Arnault ne possède pas la totalité de "Groupe Arnault" ; ce qui diminue d'autant la valeur de la fortune professionnelle de la famille (et il s'agit bien de la famille, et non de Bernard Arnault seul).

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :