• Bonjour

    Pour avoir travaillé sur le sujet depuis longtemps, notamment dans mon ouvrage de 2012 "Grandes fortunes, banquiers, politiciens ..., La collusion des pouvoirs face à la crise" aux Editions Estaimpuis, je vous recommande l'ouvrage de Juan Branco "Crépuscule" Editions Au diable Vauvert - Massot Editeurs ; qui décrit par le menu les manipulations médiatique et financière utilisées par l'oligarchie française pour mettre Macron au pouvoir. Nous en avons parlé avec André dans Radio Campus mercredi dernier (les bons calculs économiques - allez sur le site de Radio Campus Villeneuve d'Ascq).

    Cet ouvrage est directement accessible sur internet, en téléchargement libre. Donc, n'hésitez pas. Vous apprendrez les dessous d'une "république" (mieux vaut maintenant mettre les guillemets") devenue bananière sous Macron.

    B. Boussemart

    PS - Je comprends mieux pourquoi la presse n'a pas parlé de mon bouquin à l'époque.

    Pour ceux qui sont paresseux et qui ont peu de moyens financiers ; voici le texte en lien (ce texte est incomplet par rapport au bouquin) ; mieux vaut acheter le livre, il est édifiant.

    Télécharger « Crépuscule, Juan Branco.txt »

     


    votre commentaire
  • Bonjour

    J'ai effectivement été trop rapide dans l'interprétation des remontées de dividendes vers la famille Mulliez. J'ai pris les dividendes versés par le groupe à l'ensemble des actionnaires (dont les actionnaires chinois) et pas uniquement les dividendes versés à la famille Mulliez. Je dois donc rectifier :

    - rien ne bouge sur la question du ruissellement des groupes vers le bas peuple. Les dividendes versés par les groupes, qu'ils aillent aux actionnaires chinois ou à la famille Mulliez, sortent des comptes du groupe Auchan ; et ne peuvent pas servir à investir. Macron, avec sa théorie du ruissellement, est donc un bonimenteur. Et je persiste et signe. Mais Bebert n'est probablement pas un thuriféraire de Macron. Il se contente de défendre les intérêts de la famille Mulliez, ces pauvres gens qui ne gagnent pas beaucoup d'argent ; et doivent donc être défendus contre des commentateurs malveillants.

    - par contre, il faut nuancer le montant des dividendes remontés entre 2013 et 2018 vers la famille Mulliez. Ces dividendes passent par les sociétés Aumarché, Samauchan et Soparfil, trois sociétés du groupe Mulliez qui contrôlent collectivement Auchan Holding. Par suite, ils obtiennent chaque année du groupe Auchan des dividendes, repris dans les comptes sociaux (et non pas consolidés). J'ai donc repris les comptes publiés par Aumarché, Soparfil et Samauchan, qui donnent chaque année le montant des dividendes qu'ils reçoivent du groupe Auchan (ou maintenant, de Auchan Holding). J'ai fait une hypothèse sur 2018, compte tenu de la décision de distribution des dividendes proposés au titre de l'exercice 2017 à ses actionnaires par Auchan Holding. Entre 2013 et 2018, Aumarché a reçu 775 430 K€ du groupe Auchan ; Soparfil a reçu 101 950 K€ et Samauchan 93 704 K€. En cumulant ces sommes, nous ne sommes pas loin du calcul de Bebert, puisque nous obtenons 971 084 K€. Mais il ne faut pas oublier l'argent qui va directement dans les poches de Gérard Mulliez et de son holding familial Ausspar (qui détient environ 10% du capital de Auchan Holding) ; le total versé à Gérard Mulliez fait 120 617 K€. Ce sont donc au total 1 091 701 K€ qui remontent de groupe Auchan vers la famille Mulliez entre 2013 et 2018. Bebert l'a joué modeste. Près de 1,1 milliards d'euros en 6 années rien que venant d'Auchan ; ça fait près de 182 M€ par an ; et par rapport à l'effectif français du groupe (comme le groupe ne publie pas les effectifs France, nous reprenons les effectis Auchan France - Hypers + Supers publiés dans les comptes sociaux) qui est en moyenne annuelle entre 2013 et 2017 (2018 n'est pas publié) de 62 265 personnes, ces dividendes représentent 2 920 € annuel par salarié, pour chaque année. De quoi mettre un peu de beurre dans les épinards.

    Au total, sans ruiner la famille et en ne versant pas autant de dividendes, Auchan pouvait sans aucune difficulté payer 250 €uros de plus par mois à chaque salarié pendant 5 ans.

    Les salariés seront j'espère reconnaissant à Bebert de m'avoir fait corriger ma copie. Ils peuvent espérer récupérer des augmentations de salaires sans aucunement menacer l'avenir du groupe. J'ajoute enfin qu'au dessus du holding Aumarché, il existe un surholing Suraumarché, qui verse directement en compagnie des autres sur-holdings du groupe aux 3 SCA de la famille des dividendes. Suraumarché entre 2013 et 2015 a reçu 964,936 M€ de dividendes (pas de dividendes en 2016 et 2017). Ce qui a permis de renforcer les fonds propres, sans pénaliser les dividendes globaux reçus par la famille de l'ensemble des sociétés du groupe Mulliez. Je vous renvoie aux autres articles de ce blog.

    B. Boussemart

     


    2 commentaires
  • Bonjour

    Qui a dit que les Mulliez ne licenciaient jamais ? D'après C. Sannat (Insolentiae.com du 11 mars 2019), "Chez Auchan, et "en attendant un retour à l'équilibre fin 2020, la famille s'engage à ne pas toucher de dividendes pour 2018 et à ne pas procéder à des licenciements". C'est un comportement suffisamment rare pour être relevé, et si beaucoup reprochent à la famille Mulliez d'être en Belgique pour des questions de fiscalité (notamment sur les successions) il ne faut pas oublier la force des groupes familiaux qui ne sont pas désincarnés mais qui appartiennent à de vrais gens." ...

    Pas de chance ... Auchan retail vient d'annoncer aujourd'hui (voir actu.fr/economie - article de Hervine Mahaud du 30/04/2019) que face "à d'importantes difficultés économiques, le groupe Auchan a annoncé mardi 30 avril 2019 que 21 sites allaient être cédés. En tout, 723 salariés sont concernés par ce plan".

    Nous avons déjà dit dans nos articles 293 à 295 ce que nous pensions des arguments fallacieux employés par Auchan Retail France pour justifier un coup de balai financier ; et aujourd'hui le nettoyage social. Et ceci, après que le groupe ait bénéficié d'aides importantes de l'Etat, notamment dans le cadre du CICE :

    - entre 2013 et 2018, le groupe Auchan a réalisé un cumul de 2 706 M€ de bénéfice net (y compris en retirant la perte de 2018 pour 946 M€) ;

    - entre 2013 et 2018, le groupe Auchan a versé à ses actionnaires 1 997 M€ de dividendes ; ce qui représente près de 74% des résultats remontant vers la famille - et de plus en plus vers la famille, car le groupe s'est délesté des salariés en rachetant massivement les titres détenus par Valauchan et ValFrance ;

    - entre 2013 et 2018, le groupe Auchan a obtenu un cumul de 522 M€ au titre du CICE ; ce qui représente plus de 26% des dividendes distribué ! Plus d'un euro sur 4 de dividende distribué vient d'une aide de l'Etat. Belle niche fiscale à laquelle Macron ne touche pas ; il va même la doubler cette année (au prétexte de l'année fiscale "blanche").

    Bien entendu, la famille n'a pas été beaucoup affectée par le paiement de l'ISF (une grande partie de la famille est en Belgique) ; et Gérard Mulliez (résident français), toujours à certaines responsabilités au sein du groupe, n'est pas soumis à cet impôt (puisque la fortune "professionnelle" n'était pas prise en compte dans le calcul de l'ISF). Et comme Macron ne revient pas sur l'ISF, le patronat peut dormir sur ses deux oreilles et continuer à exploiter tranquillement les salariés.

    Nous revenons avec André sur tous ces points dans notre émission mensuelle à Radio Campus Lille, sur les bons calculs économiques, demain de 12 à 13 h. Vous aurez également des informations sur le CAC 40, et sur les généreux donateurs à Notre Dame de Paris (Arnault, Bettencourt, Pinault ...). Petit exemple : entre 2006 et 2018, les groupes du CAC 40 ont réalisé 866 milliards d'euros de bénéfice net, et versé à leurs actionnaires 504 milliards d'euros de dividendes. Et le patronat, après les "super" mesures Macron, se plaint encore ? Il avait toutes ces années largement de quoi investir ... Et à quoi il réserve les bénéfices ? Non pas à l'investissement ... Non pas au ruissellement ... Mais à mettre la plus grosse part dans ses poches ... Ces messieurs-dames du CAC 40 prennent l'argent et se tirent ... ailleurs. Et en plus, quand ils investissent, c'est souvent pour délocaliser !!!

    Les Mulliez ne font pas partie du CAC 40, mais ont les mêmes pratiques que Carrefour. Le groupe Carrefour - qui lui appartient au CAC 40 et qui lui a fait des pertes en 2017 et 2018 - a réalisé entre 2006 et 2018 près de 10,8 milliards de résultat net (en pillant le groupe par la ventes de filiales etc) et versé plus de 7,2 milliards de dividendes à ses actionnaires, dont Arnault ... Et comme Auchan, Carrefour licencie encore en 2019 !!!

    Et c'est cette europe capitaliste que Macron veut nous imposer de plus en plus. Dernier petit ajout : il paraît que nous n'avons pas été affecté comme la Grèce par des décisions gouvernementales imposées par l'Europe. Mais la baisse des retraites, l'absence de hausse des salaires ... C'est comme la Grèce. Macron n'a pas hésité à prendre sur les retraités la CSG sans compensation, et à ne pas indexer les retraites sur l'inflation. C'est comme en Grèce, mais en catimini ... Et n'oubliez pas ... L'impact de la non indexation etc ... ça ne revient pas ; car d'année en année, l'éventuelle ré-indexation ne portera que sur des retraites déjà affectées par la non indexation actuelle. Et Macron remet à 2020 et 2021 (même avec quelques aménagements pour faire croire que les braves retraités vont s'y retrouver) cette réindexation. C'est du  bonimenteur ... Et surtout du menteur.

    B. Boussemart


    2 commentaires
  • Bonjour

    Les périodes de vacances sont toujours propices à des opérations financières. Ainsi, Auchan Holding vient :

    - de fusionner avec la société belge "Auchan coordination services" qui, avec des fonds propres de 4 523 M€ fin 2017, gérait l'ensemble des créances du groupe Auchan, tout en permettant d'utiliser la fiscalité des intérêts notionnels ; la groupe a demandé le bénéfice d'une fusion simplifiée transfrontalière ... C'est pas beau ? Notons que les intérêts notionnels n'ont plus l'avantage des années récentes, depuis la baisse considérable des taux d'intérêts .. ; ça a payé, ça ne paie plus !

    - de proposer le rachat de 784 855 actions (2,65% du capital) au prix "faramineux" de 318,53 € par action, valeur "Expert 2019, telle qu'établie par un collège d'experts indépendants en date du 15 mars 2019". Le concombre masqué en est tout défraîchi !!! Voir nos articles 293 et 294. Fin 2018, la valeur d'un titre Auchan est en fonds propres consolidé est de 387,18 €, contre 439,85 fin 2017 (voir le PDF de l'article 294 en page 7) !

    - petite cerise sur le gâteau, Auchan Holding va se passer des services des "commissaires aux comptes suppléants" .. Il n'y a pas de petites économies. Mieux valent les experts valorisant le titre !

    Comme nous l'avions prévu, la famille est en train de racheter à vil prix les titres Auchan Holding. Qui dirige ValFrance et Valauchan ?

    Vive le concombre (dé)masqué ... Et toujours pas de réponse à mes articles 293 et 294 !!!

    PS - les comptes 2017 d'Auchan Supermarché sont publiés : le coût salarial moyen de l'effectif (soit 11 505 ETP, dont 1 825 cadres et TAM et 9 680 employés) est de 2 827 € par mois (charges comprises, CICE déduit) contre 2 828 € en 2016. Ici encore, ce n'est pas le coût salarial français qui est en cause, mais les coûts de restructuration (près de 51 M€ de charges nettes), pour une perte finale nette de 47,5 M€. 

    B. Boussemart

     


    1 commentaire
  • Bonsoir

    Comme promis, voici l'analyse de la grande distribution française. J'attends avec impatience les commentaires "éclairés" (sic) du "concombre masqué".

    Pour mes fidèles lecteurs, désolé de vous avoir fait patienter. Voir le PDF à récupérer ci-dessous.

    Télécharger « 2018-Auchan, Casino et Carrefour.pdf »

    B. Boussemart

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires