• Ce jeudi 19 novembre, nous saurons enfin comment la famille Mulliez donne un sens aux "bonnes pratiques" d'entreprises qui exercent de manière responsable leurs activités. Pour Philippe Vasseur, Président du réseau Alliances qui organise le World Forum, s'agissant de "L'argent responsable", la "responsabilité sociale et environnementale des entreprises s'applique aussi à l'utilisation de l'argent : privilégier les stratégies de long terme, intégrer dans ses décisions financières des critères extra-financiers, investir dans des projets socialement responsables, appliquer une juste rémunération des dirigeants ..." .
    Nous avons annoncé notre présence à ce Forum, et l'exigence de pouvoir poser des questions. Il semble en fait qu'il n'est plus question de poser des ... questions en direct pendant les interventions en plénière, donc lors de la conférence de M. Gérard Mulliez. Monsieur Vasseur doit ignorer le sens de "forum". En Grèce comme dans la Rome antique, le forum était un "lieu où se discutent les affaires publiques" ; et dans son acception actuelle, une "réunion où l'on débat d'un sujet".
    Pour qui est responsable et démocrate, deux qualités dont Monsieur Vasseur doit se prévaloir, il y a donc lieu de me (ainsi qu'aux personnes du public) permettre de poser mes (leurs) questions en direct à Monsieur Gérard Mulliez, et non par l'intermédiaires de petits papiers collectés, triés (selon quels critères?) et posés ensuite (très gentiment) par de gentils étudiants. Nul doute que les questions choisies soient très contestataires ou critiques ...
    Très bon test de la démocratie au sein de ce forum qui se veut mondial et exemplaire. Si mes questions (ou celles du public) sont muselées, les participants sauront à quoi s'en tenir.

    Revenons à nos questions, déjà esquissées ci-dessous dans d'autres articles.
    Notamment la question de la transparence de l'activité des sociétés du groupe Mulliez. Le premier effort de transparence consiste en la publication de comptes, permettant à chacun de savoir de quoi l'on parle. Les règles comptables sont en effet telles qu'il n'est pas possible de les manipuler en théorie, et en pratique, lorsque les commissaires aux comptes font leur travail. Même imparfait et souvent biaisé, l'outil comptable est le seul à disposition pour avoir un minimum d'information contrôlée, à la place de discours relevant de l'auto-satisfaction ou de la manipulation.

    Or l'Association Familiale Mulliez (AFM) et M. Gérard Mulliez en prennent à leur aise avec l'exigence légale de publication des comptes de leurs sociétés. Qu'on en juge :
    - côté AFM, les SCA Acanthe, Cimofat, Cimoflu, Valma et Valorest ne publient aucun compte depuis leur création en 2000 (aussi bien en données sociales que consolidées), alors que la publication de comptes consolidés est annoncée pour ces sociétés dans d'autres publications officielles du groupe ... Quel est le commandement qui condamne le mensonge ?
    - côté AFM toujours, Tapima ne publie aucune information consolidée sur le groupe Tapis Saint-Maclou depuis 2005 ; il en va de même pour la société Samauchan depuis sa création ; ou d'Oosterdam pour 2008 (groupe qui fait l'objet de plans de restructuration chez Pimkie et Xanaka) - vive la transparence ; ou d'Austell Financière au Luxembourg qui contrôle des pourcentages significatifs de sociétés importantes du groupe ; ou de HTM pour le groupe Boulanger, qui se paie le luxe de publier 2 mois de consolidation en 2008, alors qu'il a fusionné avec SFI (société qui a réalisé les 10 autres mois) !!!
    - côté autres composantes familiales, M. Gérard Mulliez ne publie plus des comptes de son holding personnel Ausspar depuis 2003-04 ; la famille Derville (Norauto) ne publie plus d'informations sur son holding Hofider depuis plusieurs années ; et la famille Leclercq (Décathlon) ne publie pas certaines informations sur son holding Afir au Luxembourg ... afin de protéger des données supposées confidentielles, notamment sur les filiales du holding ... ; la phratrie de Gérard Mulliez n'a pas publié les comptes 2008 de la société Acadie en Belgique, alors que ce petit groupe contrôle les activités de diversification des trois frères (dont M. Gérard Mulliez) ;
    - côté frère de M. Gérard Mulliez, nous avons M. Patrick Mulliez, qui est en bonne position pour l'occultation des comptes de ses sociétés. Les données publiées de Bunsha (groupe Kiabi), de Fragrance, de la Société Française de Participation ... sont tronquées, et ne se conforment pas aux exigences de la publication officielle des comptes ;
    - côté autres membres de la famille Mulliez, Pickwick (qui contrôle les magasins Picwic) n'a pas publié de comptes depuis 2006 ; Norauto aucun compte depuis 2006-07 ; Jules aucun compte depuis 2007 ; et terminons avec M. Gérard Mulliez qui exerce toujours des responsabilités dans le groupe Agapes : Agapes n'a publié aucun compte consolidé (même tronqué) depuis deux ans ; Flunch, Pizza Paï, et Amarine, ses principales filiales, n'ont publié aucun compte depuis 2005 !

    Nul doute que M. Gérard Mulliez va se faire un plaisir de donner des explications crédibles à tous ces manquements aux règles élémentaires de transparence, et de bonne conduite. Il doit bien y avoir des raisons ...

    De même qu'il ne manquera pas d'indiquer les motifs de déplacement vers le Benelux (et notamment vers la Belgique) des capitaux familiaux ... Y compris celui de sa filiale propre Burgodam.
    Ainsi, même des filiales auparavant établies à Guernesey sont revenues vers la Belgique, sous l'ère Sarkozy. Alors qu'à l'époque de Napoléon le "petit", comme le disait Marx, Guernesey était un lieu d'exil. L'exil est fiscal et belge, et ne concerne plus les poètes.

    Benoît Boussemart


    1 commentaire
  • Faut-il croire tout ce qui est publié dans le blog de M. Gobin ?
    A priori, M. Gobin ne publie que des "faits", et semble se conformer à sa "déontologie journalistique". En fait, il n'en est rien. Dans la majeure partie des cas :
    1. soit il ne fait que reprendre des articles parus dans d'autres médias, et les assaisonne à sa sauce "surgelés". Il faut dire que M. Gobin était le spécialiste de ce rayon chez "Linéaires", avec des titres aussi éloquents que "Glaces : les marges ont fondus - janvier 2005 ; Marie, priez pour elle - septembre 2005 ; Panzani à l'assaut des congélos - février 2006 ; Charal lance un pavé dans l'évier - novembre 2006" ...  On vous laisse deviner de quels produits il s'agit. Sur son blog, il applique ces mêmes recettes. Mais c'est un peu court quand il s'agit de faire le l'économie, de la stratégie, de la finance ou même de la comptabilité !!!
    2. soit obtient des "scoops" de certains membres de la famille Mulliez, scoops très sélectifs et très orientés, comme l'évolution des taux des FCP des diverses enseignes;
    3. soit mélange les choux et des carottes.

    Prenons l'exemple du 5 novembre 2009, où M. Gobin annonce des "ventes en hausse de 10% dans la galaxie Mulliez". Diantre ... après de multiples articles qui précédaient dans le blog et qui indiquaient des catastrophes dans diverses enseignes, notamment d'habillement, du groupe. Bizarre.
    Et M. Gobin précise "Comme chaque année, le blog Mulliez publie la consolidation des chiffres d'affaires des différentes sociétés de l'empire Mulliez ... En 2008, le total des ventes enregistrées par les entreprises composant la galaxie Mulliez a progressé de 10%, à 66,5 milliards d'euros ... Les trois premiers groupes restent Auchan (39,5 Mds€, + 7,5%/1an), Adeo (10,2 Mds€, + 13%) et Oxylane (4,97 Mds€? + 11%)."
    Or dans son blog, en date du 15 mai 2009, M. Gobin titrait : "Auchan France, le talon d'Achille de l'empire Mulliez" ... Cette prose indiquait notamment : "Pourtant, sur les produits de grande consommation (PCG), le secteur le plus stratégique pour les grandes surfaces spécialisées, Auchan France est sur une pente clairement descendante. ... La dernière livraison du Référenseigne TNS World Panel le confirme : au cours du premier trimestre (2009), l'enseigne a vu sa part de marché diminuer de 0,2 point, à 8,5%. Dépassé par Système U, qui lui a ravi la 4ème place, Auchan est désormais 5ème. Le champion des grands hypermarchés pourrait même, au vu des progressions actuelles de Carrefour Market (actuel 6e), glisser un peu (plus) bas au classement".

    Comment écrire de telles aneries en aussi peu de mots ?
    Sur les données consolidées de la galaxie Mulliez. M. Gobin parle de comptes consolidés, et fait des additions de chiffres qui ne sont pas publiés, ou de chiffres qui n'ont rien à voir avec des données consolidées.
    Par exemple, il donne pour le groupe Adeo un chiffre d'affaires de 10,2 Mds d'euros. Où a t-il trouvé ce chiffre, qu'il additionne aux chiffres d'affaires consolidés de Auchan et d'Oxylane (Décathlon en fait, l'entreprise ayant toujours cette dénomination officiellement) ? En fait, la publication officielle (déposée au greffe) d'une autre société du groupe indique un chiffre d'affaires TTC de 9,9 Mds€ sous enseigne pour le groupe Adeo, et surtout un "produit des activités ordinaires" (il faut lire le chiffre d'affaires, pour l'essentiel) consolidé de 8,714 Mds€ en 2008.
    Dans son calcul, mais il est coûtumier du fait, M. Gobin mélange des chiffres d'affaires sous enseigne (qui plus est TTC - toutes taxes comprises) et des chiffres d'affaires consolidés (qui obéissent à des règles comptables strictes). C'est une erreur qu'un apprenti comptable ne commet pas !
    Pour l'autre article, particulièrement alarmant pour les salariés français, M. Gobin fait entendre que les hypermarchés (Auchan France ne comprend que les hypermarchés, les supermarchés étant contrôlés par d'autres filiales) sont dépassés par Système U. C'est une plaisanterie. En 2008, Auchan France (les hypermarchés uniquement) ont réalisé un chiffre d'affaires hors taxes de 15,6 Mds€, auquel il faut ajouter le chiffre d'affaires d'Auchan Carburant de 1,6 Mds€, hors taxes également. Les hypermarchés ont donc réalisés un CA hors taxes de 17,2 Mds€. Comment est-ce alors possible que Système U dépasse les hypermarchés Auchan, alors que l'ensemble tout compris (hypers, supers, proximité ...) de l'enseigne U a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires TTC (avec carburants) de 17,9 Mds€.
    De même, comment faire croire que le groupe Auchan se porte mal, alors que son chiffre d'affaires sous enseigne (TTC) passe entre 2007 et 2008 de 44,2 Mds€ à 48,3 Mds€ (voir rapport d'activité du groupe - page 3), soit + 9,3%, alors que Système U n'enregistre qu'une progression de ce CA TTC sous enseigne de 7%, et que Leclerc obtient quant à lui 34,7 Mds€ de CA TTC sous enseigne, soit + 6,7% par rapport à 2007.
    En d'autres termes, M. Gobin :
    - est un devin, puisqu'il fait une consolidation à partir de données qui ne sont pas publiées (à ce jour, aucune information consolidée sur Tapis Saint Maclou, sur Adeo, sur Agapes, sur le groupe Pimkie, Xanaka et Orsay, sur Norauto ... n'est publiée).
    - publie des chiffres faux : voir les exemples ci-dessus pour Adeo, ou pour d'autres sociétés (nous y reviendront sur les sociétés de vêtements, lors d'un prochain article).
    - soit additionne ou commente des données non comparables : voir les exemples de confusion entre CA consolidé, CA sous enseigne, CA HT, CA TTC ... ; et de confusion sur les périmètres des sociétés. Le dernier exemple est le cas de "Carrefour Market", qui ne reprend que les supermarchés (ex Champion pour la France ou ex GB pour la Belgique) du groupe Carrefour ; et non l'ensemble Carrefour !!!

    Si tout cela n'induisait pas en erreur les personnes qui consultent le blog Gobin,ce serait risible, ou pathétique ! Il n'en est rien. Notamment sur une période où le groupe Mulliez profite de la crise pour "faire passer" des plans sociaux (sur le même modèle que les grands financiers prédateurs, type Pinault), pour licencier des personnes et accumuler toujours davantage de profits.

    Benoît Boussemart


    1 commentaire
  • Accueil
    Voici la pièce officielle n° 21 présentée par Monsieur GOBIN dans le procès en appel intenté à mon encontre - et qu'il a perdu. Ce qui a entraîné l'interdiction du "Secret des Mulliez".
     Dans cette pièce, Monsieur GOBIN se voit retourner un mail par l'avocat personnel de Monsieur Gérard MULLIEZ, après que Monsieur GOBIN ait lui-même envoyé un mail à Gérard MULLIEZ !

    Cette pièce est édifiante : vous pouvez consulter la date, le 22 août 2007. A cette époque, Monsieur GOBIN n'hésite manifestement pas à proposer à la famille Mulliez de "donner" le nom du "co-auteur" du "Secret des Mulliez", qu'ils connaissaient déjà !
    Et qui plus est, Monsieur GOBIN a utilisé ce mail pour se "vanter de ses relations avec la famille Mulliez", à mon encontre lors du procès en appel.

    Et Monsieur GOBIN veut donner des leçons de déontologie ! Et se faire le chantre des salariés !!! En toute objectivité bien évidemment. On comprend mieux pourquoi son blog ouvre ses portes aux "membres de l'Association Familiale Mulliez".

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Dans son dernier classement sur les "Fortunes 2009", le magazine "Challenges" indique 15 milliards d'euros pour la fortune de Gérard Mulliez (en fait l'AFM).
    Le groupe Mulliez aurait donc perdu près de 29% de sa valeur par rapport au classement 2008 (21 milliards d'euros).

    Il est permis de se demander comment les journalistes de "Challenges" font leurs calculs ! A partir des valeurs des principales SCA (voir l'article précédent), l'évolution de la partie strictement AFM du groupe Mulliez (n'oublions pas les actionnaires familiaux qui ont personnellement des parts non négligeables du groupe, comme Gérard Mulliez dans Auchan etc) passe entre 2008 et 2009 (estimations des "experts", comme on dit dans le groupe) de 18 906 millions d'euros à 18 362 millions d'euros, soit une petite baisse de 2,9%. Le magazine "Challenges" ne doit pas connaître les décimales, en confondant 2,9% et 29% !

    Bien évidemment, la valeur du groupe Mulliez est bien supérieure. Notre prochaine publication fera le point, et en détail, société par société.

    Côté comparaison, la seconde fortune de France, celle du groupe Arnault, est tout aussi fantaisiste dans l'estimation "Challenges". La fortune de Monsieur Bernard Arnault serait passée entre les évaluations 2008 et 2009 de 18 307 millions d'euros à 14 583 millions d'euros, soit - 20,3%. Le magazine Challenges oublie nos remarques publiées par le magazine "Capital", et notre ouvrage "La richesse des Mulliez" (pages 170 et suivantes), où nous indiquions que Monsieur Bernard Arnault non seulement ne possédait pas la totalité du capital de Groupe Arnault SAS (une partie reste possédée par le Crédit Agricole et une autre par le Baron Frère en Belgique), mais en outre qu'il était lourdement endetté (suite notamment à l'achat totalement à crédit d'une participation dans Carrefour, en compagnie du groupe Colony).

    Ici encore, la valorisation par le magazine "Challenges" est fausse. L'évaluation ne considère que les actifs, et oublie les dettes. C'est comme si un particulier achetait une maison 400 000 € à crédit (en empruntant 300 000 €), et que l'estimation de sa fortune serait affichée à 400 000 €, alors qu'elle est en réalité de 100 000 € !! La belle affaire ... pour les banquiers.

    Derrière les estimations de "Challenges", qu'y a t-il ?

    A bientôt

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Monsieur Gérard MULLIEZ va bientôt participer au "World Forum" de Lille 2009, qui a pour thème "L'argent responsable", et pour phrase choc "To think is good, to act is better". Chiche !!!

    Car Monsieur Gérard MULLIEZ va intervenir le jeudi 19 novembre de 11h à 13h30 sur le thème "Comment promouvoir le bon usage de l'argent au service du progrès économique et social". Vaste programme ! Ce même jeudi, le thème de 16h45 à 18h15 indique "Comment résorber les "trous noirs" de la finance mondiale : corruption, paradis fiscaux, opérations opaques". Monsieur Gérard Mulliez aurait été bien inspiré de s'inscrire à ce thème, tout comme celui du vendredi "L'argent sans fard : l'information est-elle crédible" ?

    Dans ces domaines, Monsieur Gérard MULLIEZ et l'Association Familiale Mulliez sont des experts. Qu'on en juge : alors que la publication des informations annuelles financières des sociétés est obligatoire, aucun compte n'a été publié :
    - par Monsieur Gérard MULLIEZ pour sa société personnelle AUSSPAR depuis 2004, société qui a pour Registre de Commerce (RC) 340 594 852 ;
    - les 5 Sociétés en commandite par action qui coiffent les titres de l'AFM n'ont publié aucun compte depuis leur création, en 1999 : il s'agit d'Acanthe RC 418 138 095, de Cimofat : RC 339 785 065 ; Cimoflu : RC 418 137 717 ; Valma : RC 351 813 233 ; et de Valorest : RC 418 132 924.
    - la société Sodival RC 415 176 684 (magasins Cultura) : aucun compte depuis sa création en 2000
    - Samauchan : société qui contrôle une partie du groupe Auchan : aucun compte depuis 2005
    etc.

    DONC MESSIEURS : PAS DE "PAROLES" - DES ACTES : PUBLIEZ LES COMPTES !

    Nous indiquerons bientôt la liste complète des sociétés du groupe Mulliez qui ne publient que des comptes partiels ou tronqués, avec en bonne place Norauto, ou les sociétés du frère de Gérard Mulliez, côté Kiabi et diversification, ou encore Pickwick, Jules, Diramode, Promotion du Prêt à Porter (Pimkie) etc.

    Quant aux paradis fiscaux, il suffit de se reporter aux multiples sociétés belges ou néerlandaises de la famille, qui échappent ainsi à l'Impôt Sur la Fortune. D'ailleurs, bouclier fiscal ou pas, plusieurs membres de l'AFM ont migré vers la Belgique ou le Luxembourg depuis 2008, avec plusieurs milliards d'euros à la clé.

    Les meilleurs paradis fiscaux sont très proches de chez nous : le Benelux en est une parfaite illustration. Vive la liste grise des pays concernés. Ils ne changent rien à leurs pratiques, et la famille Mulliez en bénéficie.

    Autre information à laquelle Monsieur Gérard MULLIEZ se fera un immense plaisir de répondre lors de sa conférence : pourquoi avoir mis une autre filiale gérant sa fortune personnelle aux Pays-Bas : la société Burgodam BV ?

    Enfin, il pourra répondre à une question sur le partage de la valeur entre dirigeants et salariés ; pourquoi Auchan - dans ses rapports annuels, notamment lorsqu'il en avait la direction - indiquait de manière lapidaire que "la rémunération des dirigeants n'est pas indiquée, parce qu'elle reviendrait à donner des informations personnelles"? Alors qu'il y avait plus de 2 personnes à l'effectif ? Avait-il des appréhension pour les écarts de rémunérations ?

    Vivement le 19 novembre 2009. Nous saurons tout. Transparence oblige.

    Benoît BOUSSEMART


    votre commentaire