• Bonne nouvelle pour la famille Arnault.

    Si elle ne dispose pas d'argent pour financer le plan social (voir article 206 ci-dessous) de Carrefour, en revanche, elle vient de s'attribuer, le 22 octobre 2019, 6,68 M€ d'actions gratuites, soit :

    - 5,194 M€ pour Bernard Arnault ;

    - 0,743 M€ chacun pour Delphine et Antoine.

    Félicitations

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonjour

    Pourquoi se gêner ? Bernard Arnault et Ginette Moulin (Galeries Lafayette) sont les deux principaux actionnaires de Carrefour. Ils demandent au FEM (Fonds Européen d'Ajustement à la Mondialisation) la coquette somme de 1,6 M€ pour ... le reclassement de 400 travailleurs licenciés des hypermarchés Carrefour en Wallonie (il faut ajouter aux 1,6 M€ la somme de 1,1 M€ supportée par la région wallone).

    Non seulement ils licencient ; mais ils ne veulent même pas mettre la main à la poche, alors que Bernard Arnault est la première fortune française avec 69,88 Mds d'euros, et Ginette Moulin la 24ème fortune avec 3,43 Mds d'euros. Ils n'ont même pas honte !

    Que je sache, un Fonds Européen d'Ajustement à la Mondialisation concerne des activités affectées par la mondialisation. En quoi les magasins belges (cloués au sol belge) sont affectés par une mondialisation pour alimenter la population belge. Cette population s'approvisionne en produits frais (ou non) etc ... en local (même si une partie est importée). La population n'achète pas directement en Chine, en Amérique latine ou aux Etats-Unis.

    Cet argument avait déjà été utilisé pour la filière textile-habillement, lorsque le patronat a organisé la mondialisation à son profit en délocalisant vers les pays à bas prix du tiers-monde, avant que la Chine récupère les activités à partir des années 2000 en utilisant son entrée à l'Organisation Mondiale du Commerce. Résultat : l'essentiel du textile-habillement mondial vient maintenant de Chine, et de quelques autres pays asiatiques et de la Turquie !!!

    Mais pour des magasins livrant une clientèle locale, impossible de délocaliser : Carrefour ne va pas approvisionner les belges à partir de sa filiale chinoise, dont il vient d'ailleurs de se désengager.

    Conclusion : après le CICE en France, applaudi par la commission européenne dans le cadre des réajustements libéraux visant à réduire le "coût" du travail en faveur du patronat (entre 2013 et 2017, les Galeries Lafayette et les diverses sociétés de Carrefour ont touché en France 506 M€ au titre du CICE - et c'est un chiffre minimum, tout n'a pas été publié : merci Macron), nouvelle aide en Belgique... pour licencier. Quelle est belle, cette Union Européenne !!!

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonsoir

    Ne ratez pas l'émission de ce mercredi midi. Nous allons passer en revue toutes les manipulations et mensonges de la macronie et des groupes qui ont placé un "couple glamour" à la tête de notre pauvre France. Avec toutes une série d'indicateurs et de chiffres sur ces capitalistes qui mènent le monde à un désastre ... et pas seulement écologique.

    Et de nombreux ouvrages à l'appui.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonjour

    Piketty vient de publier un nouvel opus de 1 198 pages (en papier bible - merci le Seuil ; c'est moins lourd à véhiculer) consacré à "Capital et Idéologie", après "Le capitalisme au XXIème siècle".

    Je disais déjà, dans mon ouvrage consacré à "L'impérialisme du XXIème siècle" (Editions Estaimpuis) en faisant la critique de Cotta (pages 243-244) "Cotta nous présente un monde bisounours, pour nous faire oublier les luttes de classes, alors même que Buffet affirmait sur CNN en 2005 : "il y a une guerre des classes, c'est un fait. Mais c'est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et qui est en train de la gagner". Avec une montée des inégalités et des patrimoines qui n'a eu que peu de précédents dans l'histoire capitaliste, comme le démontre Piketty. Par contre, si nous partageons sans difficulté le diagnostic, la solution au problème ne peut se situer dans la modernisation de l'Etat social et l'adaptation du modèle fiscal ; Piketty se situe encore dans le monde des régulationnistes où chaque pays a encore son mot à dire. A l'époque de la mondialisation, il reconnaît par contre que "pour réguler le capitalisme patrimonial mondialisé du XXIème siècle, il ne suffit pas de repenser le système fiscal et social du XXème siècle et de l'adapter au monde d'aujourd'hui". Mais alors, comment concilier avec cette mondialisation les deux institutions qui doivent continuer de jouer un rôle central : l'Etat social et l'impôt progressif sur le revenu ; et surtout, comment la démocratie peut-elle reprendre le contrôle du capitalisme globalisé ? 

    Nous avions analysé déjà à l'époque cette position comme une impasse. Il reconnaît lui-même dans ce nouvel opus (page 11) : "Le Capital au XXIème siècle a tendance à traiter les évolutions politico-idéologiques autour des inégalités comme une sorte de boîte noire". (qui est d'ailleurs de plus en plus "noire", malgré les efforts de Macron et des brillants mathématiciens qu'il met en avant).

    Je ne lui fait pas dire. Et il est fort probable (mais j'attends d'avoir lu le bouquin en totalité) que le traitement qu'il nous propose en page 11 "sur les transformations et attitudes politiques face aux inégalités et à la propriété privée ... sans aborder de front la question de l'évolution des idéologies inégalitaires" ne nous apporte pas grand chose. Ce ne sont pas les idéologies qu'il faut traiter en priorité ; mais les sources économiques et politiques de ces inégalités. Qui n'étaient déjà pas traitées dans le premier bouquin.

    Dès la fin de ma lecture, je vous fais un compte rendu (bien évidemment, idéologique). Les économistes bobos apprécieront.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonsoir

    Voici l'analyse des principales données du premier semestre 2019 des groupes français de la grande distribution;

    Télécharger « 2019-Auchan, Casino et Carrefour - 1er Semestre.pdf »

    Bonne lecture

    B. Boussemart


    votre commentaire