• Bonjour

    J'ai effectivement été trop rapide dans l'interprétation des remontées de dividendes vers la famille Mulliez. J'ai pris les dividendes versés par le groupe à l'ensemble des actionnaires (dont les actionnaires chinois) et pas uniquement les dividendes versés à la famille Mulliez. Je dois donc rectifier :

    - rien ne bouge sur la question du ruissellement des groupes vers le bas peuple. Les dividendes versés par les groupes, qu'ils aillent aux actionnaires chinois ou à la famille Mulliez, sortent des comptes du groupe Auchan ; et ne peuvent pas servir à investir. Macron, avec sa théorie du ruissellement, est donc un bonimenteur. Et je persiste et signe. Mais Bebert n'est probablement pas un thuriféraire de Macron. Il se contente de défendre les intérêts de la famille Mulliez, ces pauvres gens qui ne gagnent pas beaucoup d'argent ; et doivent donc être défendus contre des commentateurs malveillants.

    - par contre, il faut nuancer le montant des dividendes remontés entre 2013 et 2018 vers la famille Mulliez. Ces dividendes passent par les sociétés Aumarché, Samauchan et Soparfil, trois sociétés du groupe Mulliez qui contrôlent collectivement Auchan Holding. Par suite, ils obtiennent chaque année du groupe Auchan des dividendes, repris dans les comptes sociaux (et non pas consolidés). J'ai donc repris les comptes publiés par Aumarché, Soparfil et Samauchan, qui donnent chaque année le montant des dividendes qu'ils reçoivent du groupe Auchan (ou maintenant, de Auchan Holding). J'ai fait une hypothèse sur 2018, compte tenu de la décision de distribution des dividendes proposés au titre de l'exercice 2017 à ses actionnaires par Auchan Holding. Entre 2013 et 2018, Aumarché a reçu 775 430 K€ du groupe Auchan ; Soparfil a reçu 101 950 K€ et Samauchan 93 704 K€. En cumulant ces sommes, nous ne sommes pas loin du calcul de Bebert, puisque nous obtenons 971 084 K€. Mais il ne faut pas oublier l'argent qui va directement dans les poches de Gérard Mulliez et de son holding familial Ausspar (qui détient environ 10% du capital de Auchan Holding) ; le total versé à Gérard Mulliez fait 120 617 K€. Ce sont donc au total 1 091 701 K€ qui remontent de groupe Auchan vers la famille Mulliez entre 2013 et 2018. Bebert l'a joué modeste. Près de 1,1 milliards d'euros en 6 années rien que venant d'Auchan ; ça fait près de 182 M€ par an ; et par rapport à l'effectif français du groupe (comme le groupe ne publie pas les effectifs France, nous reprenons les effectis Auchan France - Hypers + Supers publiés dans les comptes sociaux) qui est en moyenne annuelle entre 2013 et 2017 (2018 n'est pas publié) de 62 265 personnes, ces dividendes représentent 2 920 € annuel par salarié, pour chaque année. De quoi mettre un peu de beurre dans les épinards.

    Au total, sans ruiner la famille et en ne versant pas autant de dividendes, Auchan pouvait sans aucune difficulté payer 250 €uros de plus par mois à chaque salarié pendant 5 ans.

    Les salariés seront j'espère reconnaissant à Bebert de m'avoir fait corriger ma copie. Ils peuvent espérer récupérer des augmentations de salaires sans aucunement menacer l'avenir du groupe. J'ajoute enfin qu'au dessus du holding Aumarché, il existe un surholing Suraumarché, qui verse directement en compagnie des autres sur-holdings du groupe aux 3 SCA de la famille des dividendes. Suraumarché entre 2013 et 2015 a reçu 964,936 M€ de dividendes (pas de dividendes en 2016 et 2017). Ce qui a permis de renforcer les fonds propres, sans pénaliser les dividendes globaux reçus par la famille de l'ensemble des sociétés du groupe Mulliez. Je vous renvoie aux autres articles de ce blog.

    B. Boussemart

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires