• Bonjour

    Sale temps pour Edouard Philippe. En prenant à son compte la question de l'âge "pivot" occultée par Macron, il met ce dernier devant le fait accompli. Et se voit attirer les foudres de la CFDT et de Berger. Que de lignes "rouges" franchies pour la CFDT et l'UNSA (fédération SNCF, RATP et Enseignants non compris, ce qui poserait un problème pour l'avenir de Berger et des confédérations CFDT et UNSA).

    En cas d'indigestion de boa refusée par Edouard Philippe, Macron n'a d'autre choix que de se résigner et de retirer son projet, ou de faire appel à Berger et au patron de l'UNSA (les confédérations), mais en leur proposant quoi ? Un suicide à terme pour leurs carrières ? Et une remise en cause de leurs lignes collaborationnistes avec le capitalisme, qui mène aux fonds de pension ?

    Qui veut se suicider encore pour Macron ?

    B. Boussemart

    PS - Pour ceux qui n'ont pas encore compris la méthode Macron, parfaitement illustrée par le discours de Philippe aujourd'hui, voir l'émission "les bons calculs économiques" du mercredi 4 décembre sur Radio Campus Lille (vous avez le lien dans le commentaire sur "l'annonce avant l'article 213" + lien dans le commentaire d'André ci-dessous).

    Lien ajouté pour le commentaire sur Thomas Leclercq :

    Télécharger « 2019-Afir-NouveauxAdministrateurs.pdf »


    3 commentaires
  • Bonjour

    Le sondage n'est plus utile ; massivement, les blogueurs (mais je m'y attendais) ont répondu "oui" à la question posée ; pour eux, Laurent Berger va à nouveau (après les réformes sur le travail favorable à la classe capitaliste - voir l'émission sur Radio Campus Lille du mercredi 4 décembre ; avec les mensonges habituels de Macron sur le chômage et le pouvoir d'achat des ménages) baisser son pantalon pour obtenir "peanuts". Des adhérents de la CFDT (pas la confédération) soutiennent en fait de plus en plus le mouvement actuel. Berger a intérêt à en tenir compte ... mais sa carrière professionnelle (pas syndicale) peut en souffrir (voir l'exemple du père Chérèque qui a fini comme ministre ...) ...

    Par contre, des nouvelles de cher Bernard Arnault. Incroyable : son holding familial (qu'il ne possède d'ailleurs pas en totalité) a réalisé entre 2013 et 2018 des bénéfices nets à hauteur de 1 074,4 M€. Devinez combien d'impôt a payé ce cher Bernard ? - 46,3 M€ ; Hollande et Macron lui ont fait des chèques pour plus de 46 M€. En même temps que Macron prenait dans les poches de la majeure partie des retraités (qui tout le monde le sait, sont des "privilégiés"), bloquait les points d'indice de la fonction publique (notamment des enseignants) et fustigeait les régimes spéciaux (il doit confondre entre deux repas avec Arnault, en compagnie de Brigitte) ; et les médias bien "pensants" s'en étonnent !!!

    Bref. Toujours plus d'argent pour les très, très riches ... On ne les ennuie pas pour des questions mesquines de fiscalité. On les rembourse en direct. Petite question : pourquoi Arnault ne publiait plus ses comptes depuis 2009 ?

    B. Boussemart

    PS. Delevoye vient de se faire épingler pour sa déclaration d'intérêt déposée le 15 novembre 2019. Il y déclare 64 420 € net pour son activité de Président du Think Tank "Parallaxe", 40 000 € (en 2017) comme "conseiller" d'un bazar non indiqué, et une activité de Président (non rémunéré) de la Chartreuse de Neuville (soutien aux orchestres). En fait de "musique", Delevoye s'y connaît : il a oublié dans sa déclaration (voir la presse de ce jour) ses activités d'administrateur (bénévole) de l'Institut de Formation de la Profession de l'Assurance. On comprend mieux le projet de "retraite par point", qui sera tellement pourri pour la majeure partie des salariés, qu'ils seront obligés (quand ils en auront les moyens) d'avoir recours à des assurances complémentaires. Merci Axa et consorts. Delevoye sait où il va finir sa retraite.


    2 commentaires
  • Bonjour

    Ce n'est pas dans l'habitude de ce blog de vous interroger (vous pouvez mettre quand vous le souhaitez tous vos commentaires), mais la situation actuelle me pousse à vous proposer un sondage exclusif (bien évidemment) :

    - à votre avis, Laurent Berger (leader de la CFDT) va t-il s'aplatir devant le gouvernement et accepter la réforme Macron des retraites ?

    Si vous indiquez "oui", êtes vous d'accord avec la position de Laurent Berger (réponse également par "oui" ou "non")

    Dès qu'un nombre significatif de réponse, je publie vos choix. Indiquez seulement votre "catégorie socio-professionnelle"

    Merci

    B. Boussemart

    PS - Résultat du sondage ce mardi soir, après la grande manifestation unitaire contre le projet Macron.


    votre commentaire
  • Bonjour

    Comme prévu hier sur Radio Campus, la méthode Macron se met en place.

    Comme avec les enseignants, qui ont bien compris qu'ils allaient perdre énormément avec le système par point et l'abandon du mode actuel de calcul de leurs retraites (vu leurs bas salaires), qui sont massivement en grève, le gouvernement :

    - fait croire que les salaires vont augmenter pour compenser .. Ah bon ? De combien ? Quand ? Mystères .... Le budget est déjà largement déficitaire, et Blanquer est envoyé au feu pour raconter n'importe quoi ...

    - ne vous faites pas de souci, dès que la réforme sera votée, on fait cette hausse !!! Plus menteur tu meurs !!! Et dès que la réforme est passée, la promesse sera aux abonnés absents ... Que les syndicats enseignants (réformistes) méditent cela !!!

    Comme avec les casseurs, qu'on a laissé tranquillement s'installer dans les cortèges, sauf là où les organisations syndicales font le travail à la place de la police de Castaner ... qui a bien besoin de faire croire que le pays est à feu et à sang par ces affreux grèvistes ...

    Comme avec les médias aux ordres, qui non seulement ont essayé (sans grand succès) de casser la grève en proposant des solutions alternatives de transport ... MDR !!! Ces mêmes médias qui vont passer en boucle les violences, les déclarations gouvernementales, et entre chaque séquence, leurs pubs à vomir. Ce qui permet d'éviter le fond du débat, et bien évidemment, l'ampleur de la mobilisation des français contre Macron !

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonsoir

    Rendez-vous demain avec André à 12 h sur Radio Campus.

    Halte à la désinformatin par Macron, par son gouvernement, par ses députés LREM, ou les supplétifs du Front National, de LR, des pseudo-écolos, et de la gauche vendue à Macron ...

    Idem pour les syndicats qui ne pensent qu'aux intérêts confédéraux et à la retraite dorée de leurs directions ... (voir à la reconversion vers Macron) et notamment la CFDT qui, comme pour les questions du code du travail (El Khomri avec la plume de Macron) et de la réforme affectant les salariés (licenciements facilités et leurs indemnisations réduites à peau de chagrin ; réforme des prud'hommes ...) est à nouveau prête à vendre ses syndiqués pour un plat de lentilles. Que la base ne se laisse plus faire.

    Vous aurez les bons chiffres sur le chômage, les éléments cachés par Macron de sa réforme des retraites ...

    Un seul mot d'ordre : retrait de la réforme des retraites ...

    Et plus si nécessaire

    B. Boussemart


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires