• Aujourd'hui, les manifestations ont regroupé pour la France 32 000 personnes, selon le ministère de l'intérieur.

    Les préfectures donnent officiellement les chiffres suivants :

    - Paris : 8 000

    - Marseille : 2 700

    - Toulouse : 5 000

    - Bourges : 6 300

    - Bordeaux : 6 000

    - Lille : 4 000

    - Nantes : 2 600

    - Toulon : 3 000

    - Le Mans : 2 000

     - Tours : 1 500

    - Lyon : 1 500

    - Rouen : 3 000

    - Le Havre : 800

    - domicile Macron au Touquet : 200

    Ce qui donne déjà un total (non exhaustif à ce moment) de 46 600.

    Et tous nos commentateurs (LCI, BFM ... ) très déçus de cette hausse et de l'absence de violences.

    Excellente réponse au nouveau dérapage de Macron sur les "fainéants" de français qui ne veulent plus faire d'efforts.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonjour

    Nous avons "droit" - si j'ose dire - depuis quelques jours à une logorrhée des tenants du "désodre" républicain et des commentateurs de LCI, BFM et consorts ... exigeant une condamnation, sans que la justice se soit prononcée, des "fauteurs de troubles".

    Bel exemple d'application des lois de la république, constitution en tête, qui défend les droits des citoyens, et notamment ceux de manifester, mais aussi et surtout d'être jugé (et non pas d'être soumis à la vindicte publique). Et la REM d'opposer les "bonnes gens" qui se félicitent de la police (au sens large du terme) et les trublions de toutes natures qui veulent du mal à cette même police, et qui contestent l'usage de la force brutale de ce gouvernement dans les manifestations.

    Qui est en effet violent, au regard de la situation française ? A chaque apparition d'un représentant du gouvernement ou d'un responsable de la république en marche, c'est un boute-en-train de la provocation qui met de l'huile sur le feu, en vilipendiant le mouvement des gilets jaunes (mais oui, on distingue les bons et les mauvais gilets jaunes), et en faisant passer en boucle pendant des heures (voir LCI et BMF sur le "boxeur" et la fameuse porte du ministère - cette porte qui est la république personnifiée - sic !) les rares débordements faisant suite à la politique de répression de Macron et de son gouvernement. La force remplace le dialogue, car ce dernier mettrait à mal leur politique en faveur des riches (on ne reculera pas pour l'ISF, pour le CICE ... ; on ne reviendra pas en arrière pour la non indexation des retraites, pour une véritable hausse du SMIC ...).

    Oui, Macron, et contrairement à ce que vous essayez de faire croire, tous les citoyens aiment leur police ; ce qu'ils n'aiment pas, c'est l'usage que vous en faites pour vos petits intérêts et ceux de la caste financière que vous protégez.

    N'oubliez jamais : qui sème le vent récolte la tempête, et vous détenez déjà le triste record du nombre de morts liés à des mouvements de contestations. Et pas un mot de compassion pour ces personnes et les milliers de blessés (à la seule exception des policiers, dont vous faites une chair à manifestants ; ils n'en demandent pas tant !).

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Il suffit de l'écouter ...

    B. Boussemart


    1 commentaire
  • Bonjour

    Après une semaine agitée, et pas seulement en France (le microcosme est intéressant, mais nous vivons sur une planète financière capitaliste), les bourses continuent (voir l'article 283 pour le point au 7 décembre) un décrochage plus que significatif :

    - l'indice des bourses mondiales perd 17,9% entre le 25 janvier 2018 et le 21 décembre 2018 ;

    - l'indice des bourses européennes perd 22,7% entre ces mêmes dates ;

    - l'indice des bourses américaines perd 15% entre ces mêmes dates.

    Les GAFA ont perdu 263 Mds $ de capitalisation boursière entre le 31/12/2017 et le 21/12/2018 ; avec - 163 Mds pour Apple, - 158 Mds pour Face Book, - 45 Mds pour Alphabet/Google, mais + 103 Mds encore pour Amazon.

    Pour autant, par rapport à leur plus haute cotation en 2018 (année qui était en passe de battre tous les records entre mai et octobre 2018), Amazon, au 21 décembre 2018, perd 32,5% de sa meilleure valeur, Apple perd 35%, Face book 42,6% et Alphabet/Google 23,7% ! Le mois de décembre est une catastrophe boursière. Et ce n'est pas fini. Par rapport à leur meilleure capitalisation boursière de 2018, Apple et Amazon ont "perdu" (c'est toujours relatif en bourse) 711 Mds d'US $ au 21 décembre. Vive la bourse capitaliste.

    Pour rappel, les bourses américaines n'avaient pas connu un tel mois "noir" depuis la crise de 2008. Amusant ; non ?

    Et Macron qui rame, rame, rame ...

    La suite dans mon livre.

    B. Boussemart


    votre commentaire
  • Bonsoir

    La seconde quadrature du cercle concerne l'Union Européenne. Si Macron a choisi de favoriser les riches par rapport aux pauvres, il a également choisi de terminer le travail de sape de Sarkozy et de Hollande destiné à faire entrer la France dans le rang des pays libéraux, en accélérant les choix détruisant le code du travail, le consensus social avec les syndicats, le modèle français de protection sociale, et la gestion des services publics (SNCF, aérien, locaux ...).

    Il a accéléré ces réformes pour faire "entrer la France dans le XXIe siècle" (Jupiter le sauveur), en faisant miroiter les bienfaits de l'Europe libérale devant créer des milliers d'emplois, bénéficier des dividendes de la mondialisation et de l'ouverture à tout va des frontières économiques et sociales. Bref, en mettant en oeuvre des mesures destinées à obliger les fainéants de français gaulois et râleurs à traverser la rue libérale. Tout ceci avec la bénédiction de ses partenaires européens, dont bien évidemment il prendrait la tête suite aux brillants résultats obtenus. Napoléon-Jupiter ; ça en imposerait, non ?

    Manque de chance, l'Allemagne de la chancellière Merkel n'a pas trouvé géniales les idées de Macron ; notamment celles qui impliquaient de prendre des libertés avec les règles européennes, et surtout celles qui ne correspondaient pas à ses propres intérêts. Il en va de même pour les pays bénéficiant de la liberté fiscale offerte par l'Union (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Irlande), qui ne veulent absolument pas remettre en cause les libéralités qu'elles accordent aux multinationales.

    En d'autres termes, Macron a si bien "compris" l'évolution de l'Europe dans le monde qu'il impose du libéralisme à la France, comme les 5 pays ci-dessus. Toute une série de mesures prises depuis 18 mois va en ce sens : suppression de l'ISF, exit tax, baisse des cotisations sociales pour les employeurs (avec le super-bonus pour les riches de 40 Mds de CICE en 2019), baisse de l'impôt sur les sociétés pour les entreprises, limitation des pouvoirs syndicaux, casse du secteur public (SNCF, nouvelles privatisations), baisse du nombre de fonctionnaires dans tous les domaines, préparation de la privatisation de la protection sociale (réforme des retraites et des assurances : de moins en moins de remboursements et de plus en plus de mutuelles à financer par les salariés ...). En fait de nouveau monde, Macron applique les politiques de la libérale Thatcher et du social-démocrate Schröder. La social-démocratie a toujours fini par trahir les idéaux socialistes. Hollande en est le dernier exemple ; s'il n'y avait que lui, pas de problème. Mais il a tué les espoirs du peuple de gauche. Qui en quelque sorte se rappelle au bon souvenir de tous ces politiques qui n'ont aucune parole.

    En outre, Macron est à contre-courant de la plupart d'autres pays européens : brexit au Royaume-Uni, émergence de gouvernements anti-Bruxelles en Italie, en Pologne, en Hongrie ... Sans oublier les peuples d'Europe qui rejettent de plus en plus massivement des règles qui les appauvrissent (Grèce, Italie, Espagne, Portugal ...). Le "rêve" européen s'est évanoui devant la bureaucratie et la bêtise initiées par ses gouvernants. Qui font mine que c'est Bruxelles qui impose, alors qu'ils en sont les seuls responsables. Le déni de démocratie, c'est aussi l'Union Européenne. Il suffit de voir comment les lobbys des multinationales imposent leurs lois, manipulent les informations et les données destinées à "prouver" des mesures uniquement destinés à renforcer leurs profits ... Macron est également un artiste de ces formes de manipulations ; avec la complicité de Moscovici.

    Moscovici vient maintenant au secours de Macron. Notamment en précisant que les mesures prises le lundi 10 décembre, même si elles impliquent d'aller au-delà de 3% de déficit pour 2019, pourraient bénéficier d'une indulgence (aller jusque 3,5% de déficit, à condition que ce soit exceptionnel et que ça ne dure pas plus de 2 ans). Déjà, les italiens crient au scandale, puisque la même commission leur a interdit un déficit (destinés à mettre en oeuvre le programme social pour lequel avait été élue la nouvelle équipe) qui n'atteignait pas les 3%. Décidemment, les italiens ne comprennent rien : les indulgences dans l'ancien monde étaient "papales" ; elles sont maintenant bruxelloises. Et Macron dispose de solides soutiens à Bruxelles, pour mettre au pas la France. Il suffit de regarder d'où viennent certaines "élites" de la LREM.

    Les prochaines élections européennes sont donc vitales pour les français qui veulent préserver leur modèle social. Et il n'y a pas beaucoup de choix en France au niveau des partis politiques qui défendent un "changement réel de cap" par rapport à la politique ultra-libérale de Macron. Il ne faudra pas se tromper une nouvelle fois en votant pour des groupuscules comme le nouveau PS, les amis d'Hamon ... , ce qui ne fera que disperser l'opposition réelle à Macron. Enfin, il ne faut pas croire que la "droite" qu'il s'agisse des républicains (voir leurs déclarations sur les mesures du 10 décembre - le choeur libéral et le portefeuille en avant) et les lepénistes sont la solution. C'est l'anti-solution. Surtout, si le peuple devient conscient (c'est ça la conscience de classe) avec le mouvement des "gilets jaunes", qu'il ne faut plus s'abstenir, et massivement voter contre le "cap libéral" Macron, soutenu de fait par toute la droite (Sarkozy avait voulu le faire ; mais la gauche était encore potentiellement forte pour s'y opposer - Hollande a trahi la gauche et Macron le fait).

    La suite sur le quadrature libérale mondiale bientôt.

    B. Boussemart

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires